Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

2 août 2008 6 02 /08 /août /2008 22:00

L'AUTRE QUOTIDIEN va progressivement revenir en direct sur l'écran blanc de celles et ceux qui veulent bien l'accueillir pour ses idées noires. Durant une quinzaine de jours d'absence, dans le petit hameau de Saint Martin des Faux en Aveyron, je suis resté sans aucun lien avec internet, puisque la fracture numérique constitue bel et bien une réalité dans notre merveilleux pays... Quatorze soirées sans m'inquiéter du sujet à traiter le soir ou la nuit pour que, le lendemain, L'AUTRE QUOTIDIEN soit au rendez-vous. Un véritable bonheur, car il n'y a rien de plus agréable que de ne pas avoir à respecter un engagement moral. Avec « Dans le retro », je sais avoir déçu au moins un lecteur occasionnel ou fidèle de ces chroniques. Je le conçois fort bien, car vu le tarif de l'abonnement qu'il acquitte pour accéder à ces textes, il méritait probablement mieux !
Durant ces quinze jours, j'ai en effet subi, moi aussi, grâce à ma redevance télévision, la valse des rediffusions, ce qui m'a  permis, par le simple fait que je regarde très peu le petit écran en période "normale", d'en avoir enfin pour mon argent, puisque j'ai découvert des œuvres que... je n'avais pas eu antérieurement le privilège de contempler. D'un autre coté, j'ai le sentiment que je paye très cher un service public qui ne sait plus très bien quel sera son véritable avenir, et qui a tendance à beaucoup se raccrocher à son passé.
INFORMATION OU DESINFORMATION ?
Quinze jours, en revanche, à lire quatre ou cinq quotidiens différents chaque jour. Tous m'ont convaincu que nous étions sur le tourniquet « ridiculisateur » d'Intervilles, conduisant à brève échéance à des défaillances terribles de la démocratie. Traitement plus que sommaire de l'information (les derniers jours de la session parlementaire ont été lamentablement présentés), dose grandissante de pipolisation (que n'a-t-on pas écrit sur la distribution du CD de Carla Bruni-Sarkozy au dernier Conseil des Ministres ?), place dramatique accordée aux faits divers, avec de pseudo-enquêtes, qui portent des coups terribles à des femmes et des hommes totalement innocents (les parents de ce gamin atrocement tué ont dû passer par des moments épouvantables), obsession permanente du ridicule de la vie politique (il est vrai que dans ce domaine, la pantomime aura atteint des sommets)... Cet ensemble de constatations me pousse à continuer, sans me faire pour autant d'illusions sur l'efficacité de ce qui n'est qu'un point de vue.
Alors, comme tous les élèves les jours de rentrée, je reviens plein de bonnes résolutions : faire plus court, conforter les analyses globales, et , pour faire plaisir à certains socialistes, ne plus faire de "l'anti-sarkozysme pavlovien". Je n'ai d'ailleurs retenu de ces journées de solitude relative, passées à écrire un quatrième livre, que cette magnifique formule. Elle restera, selon moi, comme une véritable marque de fabrique, comme l'a été pendant des années « l'anti-communisme primaire ». Elle risque d'ailleurs de connaître le même sort, car on sait ce qu'il est advenu du... communisme !
QUI FAIT DU PAVLOVISME PRIMAIRE ?
J'avoue avoir pris pour moi un tel reproche, bien que je sois certain qu'aucun des auteurs de ce constat ne lit L'AUTRE QUOTIDIEN, à moins qu'ils utilisent un pseudonyme bien connu dans les rares commentaires quotidiens. Christophe Caresche (Paris), Jean-Marie Le Guen (Paris), Gaëtan Gorce (Nièvre) et Manuel Valls (Essonne), députés élus, certainement, pour s'opposer aux aspects qui dégradent la démocratie sous toutes ses formes dans notre pays, ne peuvent pas vivre les réalités quotidiennes, car ils auraient compris que les Françaises et les Français ont besoin de repères clairs, peut-être "pavloviens", mais qui mettent un terme à une ambiguïté permanente désastreuse ! Quand ces Françaises et ces Français se sont majoritairement opposés au Traité européen, ce fut certainement « un réflexe pavlovien » anti-Sarkozy... mais surtout pas parce qu'ils n'en voulaient pas !
D'ailleurs, sur ce sujet, je suis témoin que Manuel Valls peut échapper à cette malédiction, et je reconnais qu'il m'a personnellement apporté la preuve qu'il n'avait aucun rapport avec les constatations de Pavlov. En effet, un soir, je l'ai entendu à la Mutualité déclamer son hostilité farouche, devant des centaines de militants, des caméras et des micros, à un texte qui avait tous les défauts, et qui était bon à jeter aux chiens, comme aurait dit Pavlov. Sauf qu'après ce brillant discours, la semaine suivante, il appelait à voter... oui ! Dont acte : il échappe à la malédiction de cette mécanique pavlovienne, et il l'a démontré. La postérité le reconnaîtra !
Question Pavlov, dont je suis certain que bien des Françaises et des Français croient qu'il a fait de... la politique au Kremlin, le quatuor bien inspiré aurait pu faire référence à la technique utilisée par celui qui fut un chercheur émérite. Au cours des années 1890, Pavlov réalisa une expérience sur la fonction gastrique du chien, en recueillant, grâce à une fistule, les sécrétions d'une glande salivaire, pour mesurer et analyser la salive produite dans différentes conditions, en réponse aux aliments. En fait, ils auraient dû expliquer que le système pavlovien a été le grand succès de la réforme de la Constitution voulue par Nicolas, Paul, Stéphane Sarközy de Nagy-Bocsa... car pas mal des gens qui l'ont votée ont eu un réflexe provoqué par les nécessités d'aller tôt ou tard à la soupe !
Ayant remarqué que certains parlementaires avaient tendance à saliver avant d'entrer réellement en contact avec le pouvoir, le Président décida d'analyser plus en détail cette « sécrétion psychique ». Il s'avéra que ce phénomène était plus intéressant que la simple chimie de la salive, et ceci le conduisit à modifier ses objectifs : dans une longue série d'expériences, il variait les stimuli survenant avant la présentation des postes potentiels. C'est ainsi qu'il découvrit les lois fondamentales de l'acquisition et de la perte des «réflexes conditionnels» - c'est-à-dire, les réponses réflexes, comme la salivation, qui ne se produisaient, chez le parlementaire, que de façon "conditionnelle" dans des conditions expérimentales spécifiques.
SARKO ET PAVLOV
Le Président fut un expérimentateur habile et méthodique, jusque dans ses heures de travail et ses habitudes. C'est ainsi qu'il s'asseyait pour déjeuner (dîner) à 12 heures exactement, il allait se coucher chaque soir au même moment, il nourrissait toujours ses « amis » à la même heure, chaque nuit, dans le même lieu (L'Elysée). Il a alors vite découvert qu'il y avait parmi tous les sujets ayant ces « réflexes conditionnels » un élément d'exception : Jack Lang ! Car si on parle de « réflexe pavlovien », il aurait fallu aussi envisager celui qui est pro-Sarkozy, car il cause autant de ravages dans ce qui devrait être l'opposition. Dès que la soupe apparaît, il parait qu'il y en a qui salivent... et sentent la soupe du pouvoir ! C'est un vieux réflexe ancré dans leurs gênes!
Mais vous savez, mal informé, reclus dans la campagne superbe proche du Larzac, obligé de ne m'informer qu'avec TF1 et la presse quotidienne nationale, ou La Dépêche de Baylet, je ne suis pas certain de tout avoir compris. Je vous assure que pour la saison IV de l'AUTRE QUOTIDIEN, je vais essayer de me faire soigner, et appliquer le principe cher à Jack Lang, puisque je fus déjà parmi ceux qui prônèrent le Non au Traité constitutionnel, par refus d'un vote pavlovien. Je ne le regrette pas puisque justement je n'ai pas eu un réflexe conditionnel.
En effet, dans son livre "Changer", l'ancien ministre de la Culture aborde le problème des socialistes qui avaient fait campagne pour le non au référendum sur le traité européen, et il écrit à leur sujet : "Personne ne leur demandait de renoncer à leurs convictions, mais ils avaient le devoir de se plier à la règle de la majorité... Le collectif, dans un parti, est tout."  Que tous les critiques de ce pauvre Pavlov méditent sur cette sentence !
Allez, cherchez bien "Dans le rétro" si par hasard un jour, moi aussi, je n'ai pas écrit des propos que j'aurai un jour à regretter : ce sera le grand jeu de l'été de L'AUTRE QUOTIDIEN. Et sans obligation d'achat !
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans PERSONNEL
commenter cet article

commentaires

DANYE 03/08/2008 16:06

Bonjour Jean Marie et bienvenue parmi nous ... Ces quelques jours de repos bien mérités semblaient longs pour les pauvres novices que nous sommes sans vos écrits sur les injustices journalières . Rien n'a changé pendant votre séjour ...ce sont les vacances ..on annonce toujours des nouvelles chaque jour ..cela tombe comme cela , on s'habitue doucement à la baisse du pouvoir d'achat ... tous les Français ne sont pas partis mais la télé nous montre des routes bondées , des trains suppléméntaires ..les soldes se sont bien déroulées pour certains , moins pour d'autres ... mais attendons la rentrée et ses surprises !! Nos Ministres sont entrain de peaufiner les pochettes surprises et elles seront de tailles . Pauvre peuple de France qui va souffrir davantage . On ne sait plus qui est qui , qui soutient qui ....qui se moque de qui... QUI SE MOQUE DE NOUS SURTOUT ? Le grand manitou du gouvernement met chaque jour dans sa poche un élémént d'en face ....Notre pauvre PS se trouve dans une situation d'endormissement total....des petits sujets de temps en temps! Le temps de la réaction devrait être arrivé depuis longtemps , au lieu de continuer la lutte de qui sera le meilleur pour arriver le premier ! Nous sommes un peu oubliés , au creux de la vague et soucieux de ce qui va arriver demain . Le moral des militants de base est en berne et nous savons pourquoi .Merci à vous de ne pas nous abandonner , vos écrits ouvrent les yeux et donnent au moins l'envie de ne pas baisser les bras . Danye

annie PIETRI 03/08/2008 00:46

C'est un vrai plaisir de retrouver tes chroniques journalières ! Cette première chronique d'après vacances, analyse avec pertinence ce qu'il faut entendre par "réflexe pavlovien anti sarkozy",selon nos quatre amis socialistes (?), et la cohérence tant de la pensée, que des  propos,  des deux grands théoriciens du socialisme que sont Manuel Vals, et Jack Lang, héros de ce mémorable vote au Congrès....Ton texte nous apporte une excellente nouvelle : les défaillances du système médiatique officiel, que tu as dû subir à plein durant ces quinze jours, puisque tu ne disposais d'aucune autre source d'information, te "poussent à continuer", nous dis-tu.Bravo ! tes fidèles lecteurs n'en attendaient pas moins de toi...et ils n'ont jamais douté que tu leur reviendrais en pleine forme, pour leur offrir, chaque jour, ta vision lucide et décapante de l'actualité.