Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 07:17

Dès que l'on rappelle dans une chronique de L'AUTRE QUOTIDIEN combien les « religions de toutes tendances » ont envahi la vie sociale hexagonale, on se heurte au minimum au scepticisme ambiant sur les prétendus dangers qu'elles génèrent, et au mieux à un intérêt prudent qui se réfugie derrière la liberté de pensée. Or, il n'est jamais inutile de souligner qu'elles ont patiemment réussi à s'infiltrer dans les organes décisionnels et que, plus la vie associative est dynamique, plus elle sert d'espace de recrutement à toutes les variantes des « religions » officieuses mais structurées. Il est certain que les ex-Renseignements généraux ont planché sur ce thème, sans toutefois parvenir à mettre à jour l'intégralité des ramifications, tellement nombreuses qu'on en arrive à douter de tout et de tout le monde. Par exemple, il existe au minimum un doute sur la position de Nicolas Sarkozy et de certains membres du gouvernement sur ce sujet des « religions parallèles », qui ne valent d'ailleurs pas mieux que celles que le minstère de l'intérieur, tuteur des cultes, reconnaît officiellement. Au cœur du problème, on retrouve souvent l'Eglise de scientologie, dont on sait combien elle pèse directement ou indirectement dans les services d'un Etat de moins en moins laïque.
Le 30 aôut 2004, Nicolas Sarkozy est, par exemple, en poste à Bercy. Ce jour là, il reçoit en grande pompe Tom Cruise, membre actif de l'Eglise de scientologie depuis plus de vingt ans. Alors que la visite provoque une petite polémique, le ministère assure que les deux hommes ont parlé « cinéma et relations franco-américaines » et de rien d'autre. Quelques jours plus tard, l'acteur, qui se présente comme « l'ami » du ministre de l'Economie et des Finances, affirme : « Nous avons parlé de tout, de scientologie, de cinéma, de vie familiale ». Quelques jours avant cette sortie, l'émission d'investigation de Canal + "90 Minutes" (aujourd'hui envoyée aux oubliettes) avait proposé une enquête sur les relations entre Nicolas Sarkozy et la scientologie. Et le magazine de raconter comment, sous son règne, le ministère de l'Intérieur a curieusement relâché sa surveillance autour de cette Eglise, écartant même un policier spécialement chargé de ce dossier. Une accusation que l'entourage du ministre a toujours formellement démentie.
Les scientologues ne sont pas tous sur des fichiers du Ministère de l'Intérieur, puisque ce sont parfois des fonctionnaires, adeptes de cette mouvance, qui les gèrent. On sait que d'autres sont tapis dans l'enseignement, la justice, les représentants de l'Etat à tous les niveaux. ils ne peuvent pas toujours museler les plaintes portées contre cette « église », dont le dieu principal demeure le profit.

DES CONDAMNATIONS MULTIPLES
En 1978, son fondateur Lafayette Ron Hubbard, décédé en 1986, est condamné par défaut par le tribunal de Paris à quatre ans d'emprisonnement et 35.000 francs d'amende pour escroquerie. Le 28 juillet 1997, la cour d'appel de Lyon condamne l'ancien président de la scientologie à Lyon, Jean-Jacques Mazier, à trois ans d'emprisonnement avec sursis et 500.000 francs d'amende, pour homicide involontaire et escroquerie, en raison de sa responsabilité dans le suicide d'un adepte. Huit mois à un an d'emprisonnement avec sursis, et 10.000 à 20.000 francs d'amende sont infligés à cinq autres adeptes, mais neuf autres, poursuivis pour complicité, sont relaxés. Le 15 novembre 1999, cinq membres ou ex-membres sont condamnés pour escroquerie à Marseille, pour avoir usé de méthodes frauduleuses entre 1987 et 1990, à Marseille et à Nice, afin de recruter de nouveaux adeptes et de leur vendre des services très coûteux fournis par la secte. Un ancien cadre régional est condamné pour escroquerie à 2 ans d'emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, et 100.000 francs d'amende.
Quatre autres scientologues sont condamnés à des peines de prison avec sursis de six mois à un an. Le 13 octobre 2003, la cour d'appel de Paris condamne l'association spirituelle de l'Eglise de scientologie d'Ile-de-France (Asesif) à 5.000 euros d'amende avec sursis, pour avoir conservé des fichiers informatiques sur d'anciens membres de la secte. Elle inflige la même peine au président de l'association Marc Walter pour violation de la loi informatique et libertés, et entrave aux fonctions des agents de la Commission nationale de l'informatique et des libertés. Le palmarès parait impressionnant, mais il faut le tempérer par des dizaines d'autres plaintes classées sans suite, et surtout par une mansuétude dont bien d'autres structures ne bénéficient pas.

PAS TOUJOURS POURSUIVIS
Cette nouvelle affaire avait débuté en décembre 1998 par la plainte, avec constitution de partie civile, d'une femme estimant avoir été escroquée par l'Eglise de Scientologie. Abordée par des scientologues quelques mois plus tôt, à la sortie du métro à Paris, elle avait passé un test de personnalité gratuit. Les dépenses se sont par la suite enchaînées pour la jeune femme, âgée de 33 ans : plus de 200.000 francs ont été engloutis dans des cours, dans l'achat de livres, de médicaments , ainsi que d'un "électromètre", appareil électrique destiné à mesurer les variations de l'état mental de la personne, par les modifications importantes de la résistance électrique. Une autre plaignante et l'ordre des pharmaciens, se sont par la suite constitués partie civile dans ce dossier qui a pris, hier, une tournure judiciaire au forceps. « C'est une grande victoire, le magistrat a eu le courage de balayer l'attitude complaisante du parquet à l'égard de la Scientologie », s'est félicité Me Olivier Morice, avocat de plaignantes.
« L'attitude du parquet ne peut que nous interpeller sur l'éventuelle prise en considération de motivations politiques dans le traitement judiciaire parisien des dossiers relatifs à la Scientologie », a-t-il ajouté. Il faut en effet noter que, sur le sujet d' hier, le magistrat est allé à l'encontre des réquisitions du parquet, qui avait requis le 4 septembre 2006, un... non lieu pour l'ensemble des mis en cause, estimant qu'il ne résultait pas de l'information judiciaire des charges suffisantes. Il y avait des inquiétudes à avoir, puisque des précédents existent : le 12 octobre 2007, au terme de vingt-cinq années de procédure, une ordonnance de non-lieu en faveur de membres de cette organisation avait été rendue par le juge Jean-Christophe Hullin. Mais les plaignants ont saisi la cour d'appel. La date d'audience n'est pas encore fixée.
Ouverte en 1989, cette enquête judiciaire visait des faits « d'escroquerie, d'extorsion de fonds et d'exercice illégal de la médecine », mais elle traîne, comme s'il était urgent d'attendre. Une vingtaine de personnes, dont l'ancien président de l'Eglise de Scientologie Jean-Paul Chapellet, ont été mises en examen dans cette affaire  qui a éé instruite successivement par ....quatre juges et a été marquée par des incidents de procédure, comme la perte « providentielle » de certaines des pièces du dossier. Dans ses réquisitions aux fins de non-lieu, le parquet avait estimé que l'instruction n'avait pas permis de mettre en évidence que les mis en examen aient « frauduleusement opéré des manœuvres ou extorqué des fonds ». Ceci dans la mesure où ces personnes paraissaient « avoir été convaincues de l'efficacité des prestations proposées et animées d'une foi authentique dans leurs démarches » (sic). Le plaignant à l'origine de la procédure, Juan Estaban Cordero, un jeune pianiste aux parents fortunés, avait versé en 1988 plus d'un million de francs (150.000 euros) à l'Eglise de Scientologie pour participer, avec son amie, à un cycle initiatique pour être « purifié », avoir un « corps pur » et « un esprit clair », selon les termes de l'association.
Un troisième dossier, ouvert en 2002 pour « escroquerie et extorsion » à l'encontre d'un ancien adepte, Alain Stoffen, est instruit au cabinet du juge Hullin, après que l'église de Scientologie eût bénéficié en 2006 d'un non-lieu prononcé par un autre juge, mais infirmé en 2007 par la cour d'appel de Paris. Professeur et compositeur de musique, Alain Stoffen dit avoir subi une manipulation mentale, du chantage, et avoir été escroqué durant quinze ans par l'Eglise de scientologie, à laquelle il a versé plus de 300.000 francs (46.000 euros) pour un programme de purification censé lui apporter un équilibre personnel et professionnel. Cette succession suspecte contraste avec la décision prise hier.

UNE SUPERCHERIE ROMANESQUE
En fait, les scientologues possèdent des bataillons d'avocats qui épluchent tous les écrits les concernant et qui sautent sur tout ce qui peut être exploitable en terme de révélations sur leur comportement. Par exemple, il faut éviter de ramener leurs pratiques religieuses à une dimension de profits financiers. Tout est truqué : en réalité, Ron Hubbard avait surtout le don d'inventer sur son compte des histoires extraordinaires. Ce fut son principal talent. Son enfance est bien plus banale qu'il ne le faisait croire. Il n'a obtenu aucun diplôme d'université et n'a jamais brillé en physique nucléaire.
Les expéditions maritimes du grand explorateur ont tourné court, par manque de préparation. Il a passé la majorité de la seconde guerre mondiale en retrait du front ; et mené à 2 reprises des combats absurdes, révélateurs de son manque de jugement. Ses hospitalisations n'étaient pas la conséquence de glorieuses blessures de guerre, mais de divers motifs, allant de la malaria à un ulcère et à des douleurs dans le dos. Auteur, il a vécu de ses romans de science-fiction dans des conditions précaires pendant les premières années.
Ses premiers livres explorent déjà des idées qu'il reprendra ultérieurement dans la scientologie. De nombreux documents de la secte révèlent ses tendances schizophréniques et paranoïaques. Les thérapies et la religion qu'il a créées reposent sur une fiction calamiteuse, présentée comme une vérité historique, signe que Ron Hubbard avait manifestement perdu la notion de frontière entre la réalité et l'imaginaire. Les psychiatres sont les principaux adversaires désignés par Ron Hubbard, ce dernier étant persuadé de leur noire conspiration pour anéantir la scientologie et avec elle, l'humanité tout entière.
Il est mort en 1986, à l'âge de 75 ans. Mais ses disciples sévissent toujours. Normal ! On n'arrête pas une affaire qui rapporte une fortune à ses héritiers... peu spirituels mais très intéressés. A quand une interdiction pure et simple de ce qui ressemble simplement à une exploitation de l'homme par l'homme, avec la bénédiction de ceux qui prétendent que la marge entre la liberté et l'aliénation est trop mince pour être définie ?
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

J.J. 10/09/2008 09:22

Je viens de retrouver cette citation. Peut-on faire plus simple et plus juste ?"La religion est un art inventé par les politiques pour tenir les peuples sous le joug de l’obéissance."
 
Pierre Bayle 1647/1706

J.J. 10/09/2008 08:53

Il ne s'agit pas d'interdire les religions, c'est contraire à l'esprit de laïcité : tout le monde a le droit de croire à quoi bon lui semble en général, et même à rien en particulier.Ce qu'il faudrait faire admettre c'est le respect des autres, justement, par les croyants, et éradiquer le prosélytisme et la concurrence entre courants de pensée.Mais je éblogue moi aussi...

E.M. 09/09/2008 20:35

Vinz, je suis d'accord avec toi, sauf que tu oublies que le peuple a parfois besoin de drogues et de religions pour supporter l'insupportable ! Souviens toi... L'être humain est incorrigible et j'en suis le premier désolé !

vinz 09/09/2008 09:59

"A quand une interdiction pure et simple de ce qui ressemble simplement à une exploitation de l'homme par l'homme "...Tu veux interdire toutes les religions qui sont l'opium des peuples... Chiche!La scientologie n'est encore qu'une secte chez nous, dans d'autres pays, elle est considérée comme une religion. Comme quoi, la religion catholique (et les autres monothéistes) ne sont que des sectes qui ont réussi...Coupons haut et court dès l'origine , toutes les futures religions qui n'ont qu'un seul but: l'avilissement des êtres et leur domination.