Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 07:17

Le président avait promis une remise en ordre du système et la poursuite des réformes structurelles, dans un discours très attendu, prononcé à Toulon devant plusieurs milliers d'adeptes convaincus et admiratifs de la réussite de ses premiers mois d'un mandat qui va ressembler à un film catastrophe. La crise « est en train de bouleverser le monde » et les Français doivent savoir qu'elle « aura des conséquences dans les mois qui viennent sur la croissance, sur le chômage, sur le pouvoir d'achat », a-t-il lancé. C'est en admettant cette « vérité », avait assuré le Président, que l'on pourra « rétablir la confiance » et « vaincre la peur ».
Nicolas Sarkozy a promis que l'Etat garantirait « la sécurité et la continuité » du système bancaire et financier français, s'il était menacé par la crise internationale. « Si elles (les banques) devaient être mises en difficulté par la spéculation, je n'accepterais pas qu'un seul déposant perde un seul euro parce qu'un établissement financier se révèlerait dans l'incapacité de faire face à ses engagements », avait-il ajouté, vivement applaudi par des gens probablement peu concernés par la baisse du pouvoir d'achat, les découverts bancaires de fin de mois, la peur de perdre quatre sous d'économies, la fin dissimulée des libertés individuelles.
Nicolas Sarkozy avait longtemps critiqué les défaillances d'un « capitalisme financier qui avait imposé sa logique à toute l'économie et avait contribué à la pervertir ». Figurez-vous qu'il lui a fallu faire un voyage à Toulon pour s'en apercevoir ! S'il avait eu le temps de lire ces chroniques, il aurait su que la notion de profits démesurés ne datait pas de sa flamboyante déclaration de principes. Mieux, il avait encore une fois fait des promesses inconsidérées, sans se soucier de savoir s'il aurait la possibilité de les tenir, dans un Etat ruiné, bien avant que ne se déclenche la crise des subprimes, comme l'avait annoncé en septembre 2007 un « collaborateur » de premier plan de Nicolas Sarkozy.
« Je suis à la tête d'un Etat qui est en situation de faillite sur le plan financier, je suis à la tête d'un Etat qui est depuis 15 ans en déficit chronique, je suis à la tête d'un Etat qui n'a jamais voté un budget en équilibre depuis 25 ans. Ça ne peut pas durer ». François Fillon avait raison, avant le « marché » boursier ! Dommage qu'il ait laissé adopter le bouclier fiscal et qu'il n'ait pas condamné les hommages ostentatoires de son patron à la richesse débridée.
Le Président s'était dit « convaincu que le mal est profond et qu'il faut remettre à plat tout le système financier et monétaire mondial, comme on le fit à Bretton-Woods après la Seconde Guerre Mondiale, afin de créer les outils d'une régulation mondiale que la globalisation et la mondialisation des échanges rendent désormais nécessaires ». Prémonitoire comme analyse. Dommage que, quand certains socialistes lucides condamnaient, et se battaient contre les dangers de la mondialisation et des délocalisations, il leur ait ri au nez, comme bien des « je-sais-tout », aujourd'hui muets comme des carpes.

AYEZ CONFIANCE
Nicolas Sarkozy a bâti toute sa politique sur une affirmation permanente : « Faites-moi confiance ! ». Quand il va à la rencontre des pêcheurs en colère il leur demande leur confiance et... les oublie. Quand il discute avec les restaurateurs, il exige qu'ils lui fassent confiance pour baisser leur TVA, et ils attendent encore. Quand, le jour de la rentrée, il se rend dans un collège à Blois, face à un professeur d'éducation physique qui lui fait part de ses « espoirs et craintes », le président de la République assure : « Ayez confiance, je m'occupe de vous ». Quand il s'exprime face à des chômeurs, il sollicite une confiance particulière, pour ramener le nombre des sans-emplois à quelques milliers.
Avec pourtant des dérobades, qui ne sont pas dans ses habitudes, mais qui surviennent, comme hier matin à l'usine Renault de Sandouville, où il n'est pas allé au contact pour échanger des mots, des arguments, de la chaleur. Pourtant, il s'en faisait une spécialité : ne pas reculer, affronter les yeux dans les yeux. Ou bien encore, la semaine passée, lorsque son nom a été sifflé par des apprentis : il recule de plus en plus face aux obstacles, pour éviter de se faire huer en réclamant une confiance que, même dans son propre camp, plus grand monde ne lui accorde.
D'ailleurs, les sondages, pourtant peu suspects d'acharnement à son égard, n'ont jamais enregistré des cotes... de confiance aussi faibles ! En fait, chacun redoute que la peur s'ajoute à l'angoisse, et que les citoyens... manquant de confiance à l'égard de leur président, non seulement retirent leurs avoirs des banques, mais encore cessent d'acheter; qu'ils provoquent la récession, en anticipant la décroissance. Plus d'achats d'appartements, de voitures, d'éléctroménager, de mobilier, de produits manufacturés. Cette grève des investissements des ménages ne pourra pas être brisée par un « service minimum » à la Darcos. Chaque dirigeant, dans n'importe quel pays du monde, a le spectre de la grande crise en tête, qu'il faut stopper en « rétablissant la confiance ». Et justement, notre Président n'avait déjà plus aucun... crédit, avant que n'arrive la crise.
Alors, pour redonner moral et confiance au pays, il lui faudrait faire... une politique de Gauche ! Ce sera difficile à expliquer à une électorat de droite, s'estimant berné et floué par cette crise, qui lui vole les avantages dont il bénéficiait avant l'arrivée du faiseur de miracles pour le pouvoir d'achat. Qui osera poser la question de l'impact réel des exonérations sur les heures supplémentaires ? Combien d'emplois non créés à cause de cette mesure ? Quelles heures supplémentaires les patrons vont-ils accorder, quand il n'y a plus de carnets de commandes ? Qui rappellera que pour « rétablir la confiance », Nicolas Sarkozy avait lancé le « travailler plus pour gagner plus » alors que, sans travailler, ses amis de longue date ruinaient la planète en quelques heures ? Où est la confiance ?

REVOLTES POTENTIELLES
François Fillon a pratiquement admis, à Antibes, que la France était dans la même situation qu'un pays en état de guerre, en déclarant : « nous sommes dans un monde au bord du gouffre par la faute d'un système irresponsable ». Depuis l'adoption du plan Paulson aux Etats-Unis, non seulement les contribuables et les plus démunis des américains se trouvent dépouillés en faveur des spéculateurs qui les ont ruinés, mais les conditions d'une hyperinflation à l'échelle mondiale sont réunies. Plus personne n'a confiance en personne. Les banques n'ont plus l'argent du système interbancaire à prêter aux emprunteurs. Dexia, qui s'est effondrée, n'a aucun dépôt, et ne peut donc pas répondre aux demandes d'emprunt des... collectivités locales, lesquelles voient arriver la fin 2008 avec angoisse.
La première conséquence de cette situation de « guerre » est que, face à leurs élus, les peuples vont tôt ou tard se trouver en état croissant de révolte. Les moyens d'une répression violente ont déjà été réunis : la première brigade de combat de la troisième division d'infanterie des Etats-Unis se trouve affectée, à l'intérieur même des Etats-Unis, depuis le 1er octobre. Il s'agit d'une force mise sous le commandement du NorthCom (QG Nord) afin de faire face à toute situation d'urgence. Le 30 septembre dernier, Stars and Stripes, une publication de l'armée américaine, a indiqué qu'une telle force pourrait être utilisée « pour intervenir en cas d'agitation civile et contrôler les foules ». Est-ce un hasard ?
L'erreur de jugement la plus grave consisterait à ne voir dans cette « crise » que les seuls éléments monétaires et financiers, et de tenter en conséquence d'y apporter des solutions techniques. On a décidé de la garantie européenne des dépôts bancaires, de mieux encadrer les agences de notation, de la refonte du système comptable, de réfléchir sur les fonds propres des banques et les activités de transformation de créances en titres financiers, de contrôler les paradis fiscaux et les « hedge funds ». Toutes choses utiles, mais qui ne traitent pas du fond du problème. De plus, comme l'a remarqué un diplomate français, « il faudra six mois pour que la tuyauterie de la Commission accouche d'un texte », ce qui, si on reste lucide, signifie que la Commission ne règlera rien dans des délais restreints, et donc accouchera d'une souris inutile face à une montagne de déficits.

PLUS DURE EST LA CHUTE
La confiance n'existe pas. Elle ne se décrète pas. Elle ne s'obtient pas par de la communication tous azimuts. Elle ne grandit que sur des faits concrets. Hier matin, la bourse de Paris ouvrait donc en recul de près de 5%. En Allemagne et à Londres ce n'était pas mieux. Hier soir, nouveau coup dur pour les bourses mondiales. La crise financière s'accélère devant les risques de faillite des banques. Paris clôture en cédant 9,04%, sa plus forte chute depuis la création du CAC 40 il y a 20 ans. L'indice recule ainsi de 368,77 points à 3.711,98 points. Paris est loin d'être la seule dans cette situation. Dans le même temps, à Londres, le Footsie perdait à la clôture 7,85%. La bourse de Francfort enregistrait, quant à elle, une baisse de 7,07%. A Copenhague, c'était encore pire, -11,06%. Nicolas Sarkozy a même pris la peine de s'exprimer pour rassurer. Il faut maintenant convaincre les Européens de ne pas retirer leur argent des banques, et ce n'est plus une question de confiance mais, plus sûrement, une affaire de civisme. Et là... il y a beaucoup à dire. Comment le citoyen moyen peut-il accepter que les « politiques » aient, durant une décennie, couvert des agissements absurdes ou déraisonnables ? Ils réclament un sursaut citoyen à des femmes et des hommes qu'ils ont méprisés, floués, abandonnés face à la civilisation du profit pour le profit !
Nicolas Sarkozy devait être le Président du pouvoir d'achat. Il avait, quelques semaines après son élection, nettement montré que ce ne serait pas le cas. Depuis que la crise est là, c'est encore pire ! Nicolas Sarkozy devait être le Président du plein emploi. Un an après, le chômage repart violemment à la hausse et il supprime des milliers d'emplois dans la fonction publique, sans se soucier des inégalités créées par ces décisions. Nicolas Sarkozy devait être le défenseur de l'entreprise. Elles vont mourir asphyxiées par la raréfaction du crédit et par la raréfaction des investissements publics ou privés. Nicolas Sarkozy devait être le Président de la sécurité. Jamais la situation n'a été aussi préoccupante, avec une insécurité sociale génératrice de dérapages et de drames en tous genres. Nicolas Sarkozy parle beaucoup de son action, mais il ne s'est lancé que dans une fuite en avant suicidaire. Et on voudrait que la confiance revienne comme par enchantement ? Aucune réforme, absolument aucune réforme, ne changera les esprits. Les cocus du sarkozysme médiatiquement flamboyant se foutent pas mal des chefs de gare qui sifflent dans tous les sens, sans arrêter les trains qui passent.
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

Djeff 08/10/2008 07:02

"Comment le citoyen moyen peut-il accepter que les « politiques » aient, durant une décennie, couvert des agissements absurdes ou déraisonnables ?" Une décennie ?? Il me semble que cela dure depuis bien plus longtemps, au mépris de ce que les gens vivent au quotidien. Le plus grave, c'est que, si on excepte qulques élus de terrain de la trempe de Jean-Marie DARMIAN, on se rend compte que les "grands dirigeants nationaux" de tous bords qui se sont succédés ont fait preuve de la même indulgence, de la même passivité.La crise de confiance porterait donc sur l'ensemble du système au moins autant que sur la gestion des derniers mois ou des dernières années... Mais, dans nos pays qui restent riches, la révolution n'est pas pour demain. D'autres citoyens du monde, confrontés à des difficultés bien pires que les notres, s'en chargeront sans aucun doute. Et ce sera alors douloureux !

m 07/10/2008 22:10

Français sur deux ne fait pas confiance au gouvernement pour faire face à la crise financière, révèle un sondage exclusif réalisé par LH2 pour nouvelobs.com et rendu public mardi 7 octobre. C'est sûr que Marc d'Héré n'a pas été sondé!

herbien 07/10/2008 17:44

Marc  d'héré aussi.

marc d Here 07/10/2008 11:05

Philippe Bouvard est un humoriste que j'aime bien...

PIETRI Annie 07/10/2008 10:39

Je me contenterai de reproduire ici le billet de Philippe Bouvard -qui ne saurait, me semble-t-il être suspecté de gauchisme -paru ce matin dans mon journal local. Il me pardonnera cet emprunt, je l'espère." On efface tout.Ou presque. Et l'on s'efforce de ne pas recommencer. Sauf qu'entre ce qu'on ne nous a pas expliqué et ce que nous n'avons pas compris nous n'en savons guère plus sur la crise. Sinon qu'au passage -et moyennant un coût encore non chiffré - nous avons fait cinq découvertes:1. Les gens prétendument sérieux ne le sont pas.2. Les inspecteurs des finances n'inspectent rien du tout.3. Les marchés des places boursières sont moins solides que les marchés des places de village.4. Les banques qui refusent aujourd'hui un découvert de mille euros à un cadre moyen ont longtemps prêté des milliards à des escrocs5. Il ne faut pas en vouloir aux gouvernants de nous cacher la vérité: ils ne la connaissent pas encore complètement eux-mêmes..."Sauf que ces cinq découvertes ne sont pas, pour nous, des découvertes. Nous savions déjà tout cela depuis longtemps... Et Jean Marie Darmian ne s'était pas privé d'attirer l'attention là-dessus à de nombreuses reprises ! Et le rôle des gouvernants, c'était bien de prévoir le désastre qui se profilait depuis un bon moment à l'horizon !