Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

28 octobre 2008 2 28 /10 /octobre /2008 07:17

Il va bien falloir à un moment ou à un autre que notre société aborde de front autre chose que les grands principes du Grenelle. Comment va-t-on stopper l'empoisonnement sournois que nous impose l'industrie dans notre quotidien ? Qui va oser dénoncer les agissements paraissant toujours excusables, car vérifiés par des bureaux de contrôle de fabricants qui ne se soucient guère des dommages causés à long terme par leurs produits ? Il faut admettre que la tendance est davantage à la dissimulation qu'à l'action dans ce domaine, comme dans d'autres. La chimie moderne est née au lendemain de la guerre. Depuis, elle a connu une croissance exponentielle, passant de 0 à plus de 80 000 molécules chimiques utilisées couramment, en un peu plus de 60 ans. Ce sont donc plus de 1000 nouvelles molécules chimiques chaque année.
Lorsqu'elles sont réellement testées, les tests évaluent la dose à laquelle la substance devient toxique. Problème : nous sommes tous soumis, non pas à une substance unique de façon ponctuelle, mais à des centaines de molécules, et de façon régulière. Or, personne ne teste la toxicité de l'exposition répétée et continue à cette « soupe chimique permanente ». On sait juste que la majorité d'entre nous y est exposé, sans même le savoir : par l'alimentation (notamment les pesticides) mais aussi par les plastiques (par exemple le bisphénol-A), les colles et résines (formaldéhyde), les cosmétiques (voir la polémique récente sur les produits distribués pour les nouveaux-nés dans les maternités), les dioxines, les fameux PCB, les particules rejetées par les moteurs diesel, etc... Ainsi, 100% des femmes américaines testées avaient du Teflon dans le sang. Et on sait que nous avons tous entre 40 et 100 molécules chimiques stockées dans notre corps et nos tissus... et nous continuons à en accumuler sans le savoir.
Un exemple frappant vient en particulier des... pressings dans lesquels nous amenons nos vêtements à nettoyer. La profession est, en effet, l'une des dernières à manipuler du perchloréthylène. Or, ce solvant très puissant, qui sert également à dégraisser les pièces métalliques dans l'industrie automobile, est non seulement classé dans la catégorie des produits « probablement cancérigènes pour l'homme » par le Centre international de recherche sur le cancer qui fait partie de l'OMS, mais il est aussi nocif pour le système nerveux et les reins, il peut provoquer des irritations des voies respiratoires et des yeux ainsi que des vertiges, des nausées, des maux de tête... Pour cette raison, les entreprises de nettoyage à sec font partie des installations classées, nécessitant au moins une déclaration en préfecture pour les plus petites structures, ou une autorisation au-delà d'une certaine taille. Et l'inspection des installations classées les surveille de près, avec la volonté de sensibiliser le plus possible les exploitants.
La toute dernière opération coup de poing a été menée il y a quelques jours dans quelque 270 boutiques, sur toute la France. En 2007, une étude de l'Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques) avait en effet conclu qu'il y avait même des risques sanitaires pour des personnes passant leur journée dans des appartements situés juste au-dessus de pressings ayant des installations non conformes. Il y a, dans ce cas concret comme dans beaucoup d'autres, matière à s'inquiéter en une période où, malheureusement, l'obsession du prix fait oublier celui de la qualité. Il faut craindre des catastrophes sanitaires dans quelques décennies, avec des ravages dus aux cancers ! Car c'est bien d'une épidémie qu'il s'agit. Le nombre de certains cancers a été multiplié par 2, voire par 3, depuis 20 ans. Et, chose impensable il y a quelques années, nombreux sont les jeunes d'une trentaine d'année atteints...

PARFUMS DANGEREUX
Greenpeace dénonce aussi régulièrement les dangers de certains parfums. L'analyse faite par un laboratoire neutre et indépendant a porté sur 36 parfums mondialement connus. Quasiment tous les parfums testés à cette occasion contiennent des « phtalates » et des « muscs de synthèse », molécules chimiques créées par l'homme, et qui engendrent des perturbations endocriniennes, en s'accumulant dans le corps humain. « Malheureusement, comme le précise Yannick Vicaire, chargé de la campagne 'Toxiques' à Greenpeace, la présence de ces substances chimiques ne figure que rarement sur les emballages et le public ne dispose pas de véritable moyen pour les éviter ». Et encore faudrait-il qu'il y soit sensibilisé et qu'il y soit éduqué. Encore une fois, en se contentant du statut de consommateur au lieu de celui de citoyen, l'usager accepte de n'être qu'un cobaye, testeur de molécules chimiques nocives.
Au banc des plus grands accusés, des marques vendues à prix d'or, et dont les analyses sont inquiétantes : « Eternity for women » de Calvin Klein et « Le Mâle » de Jean Paul Gaultier contiennent d'importantes quantités de diéthyl phtalate. Cette substance, le DEP, pénètre rapidement la peau et se disperse dans le corps à la suite de chaque exposition. Une fois introduite dans le corps, elle est vite transformée en monoéthyl phtalate, une molécule suspectée d'endommager l'ADN des spermatozoïdes, et de limiter les capacités pulmonaires de l'homme. On préfère, chez nous, mettre sur les bouteilles de vin une mise en garde pour les femmes enceintes, alors que la très grande majorité d'entre elles ignore les dangers du parfum qu'elles utilisent en toute confiance.
« Le Baiser Du Dragon » de Cartier et « White Musk » de The Body Shop contiennent, eux, de fortes concentrations de muscs de synthèse qui peuvent s'accumuler dans les tissus vivants. Des études récentes ont montré que certains d'entre eux interfèrent avec le système de communication hormonal des poissons, des amphibiens et des mammifères. En outre, ils renforcent les effets liés à l'exposition à d'autres substances chimiques toxiques. Et ce n'est qu'une partie de l'iceberg !

UN BAIN QUOTIDIEN CANCERIGENE
En effet, nos objets quotidiens détiennent tous des substances chimiques. Et dans nos sociétés occidentales, où nous vivons à 80% dans des lieux fermés, nous pouvons facilement en déduire que nous respirons, pendant la majorité de notre temps, des substances chimiques. « La réglementation, aujourd'hui, permet de mettre quasiment n'importe quoi dans nos produits et objets, précise Yannick Vicaire, et dans 90% des cas, on ne sait pas ce que contiennent les produits chimiques et l'impact qu'ils auront, non seulement sur la santé, mais également sur l'environnement à moyen terme. Les explosions de problèmes cancérigènes liés aux milieux professionnels, le fait qu'un tiers des enfants soient allergiques, mais également la baisse globale de la fertilité masculine, peuvent être corrélés à ces substances. Il est vraiment important d'éradiquer cette pente exponentielle !
On dénombre chaque année 1% de plus de cancers enfantins que l'on ne peut définitivement pas accorder au tabac ou à l'alcool. Il faut être conscient que pour un enfant qui naît aujourd'hui avec un univers hormonal hérité de sa mère, les perturbateurs endocriniens ne seront constaté que dans 20 ans, avec soit des problèmes d'immunité ou neuro-cérebraux, soit des cancers ».
Yannick Vicaire poursuit : « Statistiquement, un homme sur deux sera confronté au cancer et une femme sur trois ». Ces constats sont cachés au grand public au nom des conséquences sur notre industrie. Personne n'ose renforcer les contrôles, ni surtout interdire des produits au nom du principe de précaution !
Une procédure de test des 30 0000 molécules présentes sur le marché, l'enregistrement et l'analyse des nouvelles molécules développées par les entreprises, et une interdiction ou l'obligation de justification, avec un plan de substitution rapide pour les molécules dangereuses, devient capital pour les futures générations. Mais ce n'est pas le moment, puisque la crise impose des économies ! Evidemment, le lobbying des entreprises est puissant et fait des ravages. Le coût de cette mesure à été évalué à 0.01% du chiffre d'affaires de l'industrie chimique européenne, soit 2,8 milliards, ou 1 euro par consommateur. Une paille, comparé au montant minimum de 50 milliards que coûteraient les frais de la santé dans les trente ans à venir, sans compter les vies épargnées... Mais que ne ferait-on pas pour que les cours des bourses remontent ?
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

PIETRI Annie 28/10/2008 22:52

L'avenir que tu nous promets, à nous et aux générations futures, n'a vraiment rien de réjouissant, et ceci, ajouté aux problèmes économiques et financiers qui secouent le monde, et aux problèmes politiques qui inquiètent un grand nombre d'entre nous, n'est pas de nature à éclaircir l'horizon, et à regonfler notre moral, déjà bien en berne !D'un côté, les progrès de la science, dont, sauf cas particuliers douloureux, on ne peut que se réjouir, nous permettent d'espérer vivre plus longtemps que ce ne fut le cas pour les générations passées. De l'autre, nombre de découvertes de produits nouveaux, dus eux aussi aux recherches des savants, mettent à chaque instant notre vie en danger, et polluent l'environnement dans lequel nous vivons, provoquant des lésions très graves susceptibles d'engendrer la maladie et la mort.Alors, n'y a-t-il pas un paradoxe à mettre tout en oeuvre pour allonger l'espérance de vie des populations, et à ne rien faire contre l'éclosion et l'envahisement de produits nocifs, qui, justement vont abréger la vie de ceux qui les utilisent, - et de leur entourage - et nécessiter des sommes considérables pour lutter contre leurs effets sur la santé de générations entières.Les avancées scientifiques et la découverte de nouveaux produits, ou de nouvelles molécules, peuvent sans doute être la meilleure et la pire des choses.... Toute découverte non maîtrisée peut conduire à des catastrophes, on en a des exemples multiples ! Et il est à craindre que la recherche du profit pour le profit ne conduise des industries avides de bénéfices, aidées par des scientifiques inconscients, à jouer les apprentis sorciers.Pour lutter efficacement contre ces dérives, il faut que chacun d'entre nous prenne conscience au plus vite des conséquences d'un aveuglement coupable, et s'efforce d'adopter, devant ces dangers, un comportement citoyen, que devraient soutenir et encourager les pouvoirs publics.