Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 07:17

La provocation constitue une recette efficace pour allécher les médias sur un sujet totalement subalterne. Comment faire parler de vous quand vous n'avez rien d'intéressant à dire : provoquer ! Encore et toujours provoquer, car il en reste toujours quelque chose pour masquer l'essentiel. Bien évidemment, il ne faut pas en abuser, mais de temps en temps la formule marche bien. Et les stratèges du Sarkozysme exploitent merveilleusement le filon, en allant systématiquement provoquer la polémique de telle manière que l'on ne perçoive plus l'essentiel. Comment ne pas avoir en mémoire le « Karcher » ou le « casse-toi pauv' con ! » qui restent depuis des mois dans les mémoires, alors que l'échec absolu de la politique de droite dans les banlieues, ou les déboires des éleveurs, des agriculteurs ou des marins pêcheurs, ont été oubliés dans le tourbillon quotidien des provocations. En lançant un faux débat sur le repère des 70 ans, le gouvernement a escamoté toutes les autres facettes néfastes de son projet de loi. Pas un jour sans une outrance qui escamote le débat, pour mobiliser sur un point précis vite abandonné pour le suivant.
Brice Hortefeux, désireux de transférer au plan européen ses principes sur l'immigration n'a pas choisi totalement par hasard la ville de Vichy pour faire son show, aussi inutile que coûteux. Il savait que le symbole serait beaucoup plus fort que le contenu des débats. Plusieurs associations se sont étonnées de ce choix et de ce que la présidence française ait choisi d'associer cette conférence sur l'intégration des étrangers en Europe, à un régime qui a pratiqué, de 1940 à 1944, une politique hautement discriminatoire. Une trentaine de personnes (désolant mais bel et bien révélateur de l'état de l'opinion) se sont rassemblées à Paris, devant une plaque, en souvenir des combattants des colonies morts pour la France, en signe de protestation. Il est vrai que si l'on s'intéresse au nombre des soldats des colonies françaises venus se battre en France pendant la première guerre mondiale (1914-1918), on a matière à réfléchir. Sur 8 500 000 soldats français mobilisés pendant ce conflit pas moins de... 400 000 venaient des colonies. Sur 1 400 000 tués français, 40 000 étaient originaires des territoires colonisés et, en 39-45, ils seront près d'un million à payer de leur vie les errements de l'Etat Français !
Mais pour se rendre célèbre dans un territoire sur lequel il n'a jamais pu s'imposer, Brice Hortefeux donne raison à son collègue de l'Education, désireux de détruire l'enseignement de l'Histoire, en tentant de se servir de l'immigration pour la réhabilitation de Vichy, terre à récompenser pour ses votes généreux depuis des décennies.
Brice Hortefeux, ci-devant conseiller régional d'Auvergne, a en effet répondu qu'il fallait « mettre fin à l'ostracisme » qui pèse sur la ville. « Les Vichyssois d'aujourd'hui ne sont pas les Vichystes d'hier » a-t-il dit. On veut bien le croire, mais y-a-t-il autant de différence entre les politiques qui y sont discutées ? Pas certain ! "Régionalement, je fais un coup formidable. J'apparais comme le défenseur de l'Auvergne. Cela me booste", se réjouit le maître des cérémonies à l'approche des européennes de 2009. Il n'y a pas de petits profits en Auvergne !

SURTOUT NE PAS DERAPER
La France, pas plus que ses voisins européens, n'est un modèle pour l'intégration des étrangers. C'est la raison pour laquelle la conférence se tenant... à Vichy, est l'occasion pour les gouvernements de l'Union européenne de « progresser » dans ce domaine. Le pacte européen pour l'immigration et l'asile, adopté par les chefs d'Etat et de gouvernement à la mi-octobre au sommet de Bruxelles, évoque l'intégration des immigrés comme la finalité de la politique d'immigration légale.
Même si ces politiques relèvent, à la différence de l'asile et de l'immigration, de la politique intérieure des Etats membres, ces derniers vont confronter leurs expériences et, si possible, rapprocher leurs meilleures pratiques. Et il est vrai qu'en la matière, nous pouvons donner des leçons aux autres, puisque chez nous les employés de mairie peuvent subrepticement dénoncer un sans papier, que certains des persécutés préfèrent le suicide au retour au pays, que les enfants découvrent l'horreur de la séparation forcée, que les statistiques d'expulsion relèvent du tableau de chasse. Il y a là matière à parader et à... réhabiliter la ville de Vichy !
Deux sujets devraient faire l'objet d'un « débat de qualité » : l'apprentissage de la langue et l'accès à l'emploi, qui font partie des « besoins élémentaires pour s'intégrer », selon le ministère de l'Immigration. En France, certaines dispositions prises depuis la loi de juillet 2006 pourraient se développer en Europe, notamment le « contrat d'accueil et d'intégration » que les étrangers doivent désormais signer et respecter. En sont dispensés les titulaires d'une carte « compétences et talents » (environ 200 personnes aujourd'hui), ainsi que les salariés en mission en France pour le compte d'une entreprise internationale. Quelque 361.450 personnes au total, dont la plupart sont des... conjoints de Français(e)s ou des personnes migrant dans le cadre du regroupement familial, ont signé ce contrat, instaurant des droits mais aussi des devoirs. Ainsi, une connaissance minimale de la langue française, dont le niveau sera évalué depuis le pays d'origine, donc avant l'entrée en France, sera exigée à compter du 1er décembre prochain, comme le prévoit un décret publié samedi au « Journal officiel ».
Sur le volet emploi, la marge de progression est importante, puisque le taux de chômage représentait, en 2007, dans la population étrangère plus du double (15,2 %) de la moyenne nationale. Un bilan de compétences a déjà été rendu obligatoire par une loi de novembre 2007 pour permettre d'orienter les étrangers vers les secteurs en pénurie de main-d'oeuvre. « Des conventions ont été signées avec plusieurs branches professionnelles, notamment dans les services à la personne », indique le ministère.

TOUT UN PROGRAMME
Ce magnifique programme pourrait être décliné, au cours des prochains mois, avec un congrès de dératiseurs à Paris XV°, face au Vel d'Hiv, un colloque sur l'identité nationale à Drancy, suivi d'un banquet d'anciens des RG, sous Bousquet, dans le Vercors... Brice Hortefeux a des sujets et des lieux pour se rendre célèbre ! Il est bien parti pour exploiter le filon de la provoc', car le bonhomme ne recule devant rien. « On va parler d'intégration, mais les politiques européennes font le contraire, c'est une hypocrisie », a expliqué un manifestant, membre du Forum social, soulignant le « décalage entre les discours sur l'intégration et la directive de la Honte (directive européenne sur la reconduite à la frontière des migrants) ». Bien évidemment, personne ne fera de remarques sur ce contexte quotidien d'insécurité familiale renforcée, pour des milliers de personnes. Selon l'historien Maurice Rajsfus, il n'est pas question d'oublier que « c'est à Vichy que toutes les lois xénophobes ont été votées à l'été 1943", en dénonçant le « langage codé » pour le moins ambigu.
« Sous Vichy, les personnes arrêtées étaient 'hébergées', aujourd'hui, elles sont 'retenues'. Aujourd'hui, ce n'est plus la direction des camps de concentration, mais des familles sont brisées, on arrache une femme et ses enfants à un mari. Les périodes sont différentes mais les méthodes sont les mêmes », a souligné l'historien qui ne mâche pas ses mots, en une période où tout le monde fait semblant de ne rien voir !
A Vichy, on aura une arrière saison de qualité pour les hôtels et les restaurants, pour le plus grand bonheur de ses élus qui en seront reconnaissants le moment venu à celui qui a fait ce choix. Claude Malhuret, Maire UMP... a salué " la dignité retrouvée " de Vichy. " Personne ne dit rien quand il y a des conférences à Berlin, la ville d'Hitler, ou à Moscou, la ville de Staline. " Fermez le ban ! « Nos politiques d'intégration sont à bout de souffle", a ajouté Brice Hortefeux. Peut-être. Mais dans le fond, Vichy sera l'illustration du contraire. Voici la ville réintégrée dans la communauté nationale. Pour ceux qui y siégèrent... ce n'est qu'une question de patience.
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires