Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 07:17

Pendant que l'on renfloue les banques, que l'on tente de boucher les brèches béantes dans l'économie, que l'on congratule à plus soif Barak Obama, que l'agence matrimoniale tourne à plein au Parti Socialiste, le démantèlement méthodique, implacable de l'école de la République se poursuit. Depuis son élection au Sénat, Françoise Cartron, élue de Gironde mais surtout directrice d'école maternelle en Zone d'Education Prioritaire durant plus de 20 ans, m'avait prévenu : les bombes à fragmentation de Darcos vont causer des ravages au fil des mois, puisqu'il lui faut des milliers de victimes avant le mois de septembre. Il attaque le chantier par tous les bouts, supprimant des heures de cours en seconde, mais surtout détruisant l'école maternelle.
Le moins que l'on puisse écrire, c'est qu'il sait pertinemment que c'est à ce niveau-là qu'est le maillon faible, car l'enseignement, ce que l'on ne répète pas assez, n'est pas obligatoire. On peut donc tailler dans le vif sans risque ! Françoise Cartron, il y a déjà plusieurs jours, avec Marie-Christine Blandin, avait bataillé pied à pied, dans la commission où elle débutait, pour tenter de faire barrage à une nouvelle idée sarkozyste, inspirée par la déclaration de son Ministre de l'éducation : faut-il scolariser les enfants de 2 ans ou de 3 ans ? Non, si l'on écoute le ministre de l'Education, Xavier Darcos. Sur le plan économique, le 3 juillet 2008, il a déclaré devant la Commission des finances du sénat : "Est-ce qu'il est vraiment logique, alors que nous sommes si soucieux de la bonne utilisation des crédits de l'Etat, que nous fassions passer des concours à bac + 5 à des personnes dont la fonction va être essentiellement de faire faire des siestes à des enfants ou de leur changer les couches ?". Ce qui a entraîné un débat, relayé par la publication d'au moins un ouvrage, sur l'éventuelle suppression de l'école maternelle et ... le dépôt d'un nouveau concept !
Une énorme affirmation populiste scandaleuse, de la part d'un Ministre qui n'a probablement jamais été présent durant une journée dans une petite section. Mais dans le fond, il s'en moque : ce qu'il veut avant tout, c'est faussement satisfaire les familles et ensuite récupérer les postes d'enseignants, actuellement dans ce secteur de l'école primaire.
Pour y arriver, on a inventé (c'est sorti ce matin, mais je l'avais annoncé il y plusieurs jours), le « jardin d'éveil », une structure qui, bien évidemment, sera payante et surtout laissée à la charge des collectivités locales ! Dramatiquement cynique, mais pourtant bien réel... Supprimer des postes et transférer des charges : deux axes de tout le programme de celui que Périgueux n'a plus voulu pour son avenir.

CA VIENT DU CHATEAU
Quand il rencontre son staff au Ministère, il a une formule qui résume parfaitement son esprit d'indépendance : « ça vient du château. On ne discute pas ! » Et là, il met en place devant des collaborateurs tétanisés, une destruction programmée du système éducatif gratuit, laïque et obligatoire qu'il exècre ! Il exécute, dans tous les sens du verbe !
Son cheval de bataille : les études ! Un rapport du Sénat sur la scolarisation précoce devrait, selon lui, apporter une nouvelle pierre au débat. Mais tous les indices vont dans le même sens. Darcos cherche à faire des économies, désespérément, et la scolarisation précoce est une source tentante : si l'Etat se désengage, les communes, voire le secteur... privé, pourraient s'en charger... Le retrait est d'ores et déjà bien amorcé. Le taux de scolarisation des moins de 3 ans a chuté de 35,3 % en 2000 à 20,9 % en 2007. Il faut qu'il soit proche de zéro dès la prochaine rentrée !
Ce «jardin d'éveil» serait une «structure innovante à mi-chemin entre la crèche et l'école» qui «précèderait l'entrée à l'école maternelle», écrivent les sénateurs UMP Monique Papon (Loire-Atlantique) et Pierre Martin (Somme), au nom du groupe de travail sur «la scolarisation des jeunes enfants». Ce rapport a été vivement contesté par Françoise Cartron et d'ailleurs, pour ses débuts, elle a obtenu qu'une page y soit ajoutée (la page 83) pour critiquer farouchement les propositions faites.
Selon les auteurs du rapport, l'école offrirait « un milieu peu adapté aux enfants de deux ans ». Leur scolarisation serait donc « une fausse bonne idée pour la réussite scolaire ». De plus, les modes de garde de la petite enfance (crèches, assistantes maternelles, etc.) sont largement insuffisants. Dans les années 1990, plus d'un enfant de deux ans sur trois était scolarisé. Mais, depuis, le taux a baissé, à 20,9% en 2007 et reste très variable d'une région à l'autre. Par exemple, environ 60% des enfants de deux ans étaient scolarisés en 2007 dans le Finistère ou le Morbihan, contre 2,5% en Haute-Savoie ou 5,0% en Seine-Saint-Denis.

LE DEBUT DU PAIEMENT DE L'ECOLE
Ce rapport s'engage donc clairement en faveur d'une solution alternative à la scolarisation précoce, un sujet polémique, relancé cet été par le ministre Xavier Darcos. Les sénateurs ne cachent pas que leur « jardin d'éveil » est notamment inspiré des conclusions d'un rapport de la députée UMP Michèle Tabarot, influencées par la Révision générale des politiques publiques (RGPP), politique de réforme de l'Etat et de réduction de ses dépenses. Pour autant, les sénateurs assurent que ce jardin d'éveil s'inscrit dans « le respect des rythmes et des besoins du jeune enfant dans son développement ». On camoufle simplement, derrière du verbiage, une volonté de récupérer une part de 43 000 postes à sucrer dans l'enseignement, car le sénateurs UMP sont totalement incapables de justifier cette mesure autrement que par des considérations sur l'échec scolaire... dès la maternelle !
En fait, ils veulent confier au privé ou aux communes, avec des éducatrices, de jeunes enfants, sans aide de la CAF, un pan entier des maternelles, avec l'espoir qu'à terme ne restera plus que la section des grands (avant le CP), qui serait à la charge de l'Etat ! On invente donc une structure entre la crèche et la petite section de maternelle. On l'a appelé jardin d'éveil. Les enfants seraient encadrés par des éducateurs, idéalement dans des locaux à proximité de l'école ou mieux dans l'école maternelle (ce serait une principauté autonome dans l'école puisque ce ne serait ni le même personnel, ni les mêmes horaires, ni les mêmes statuts), pour familiariser progressivement l'enfant à sa future scolarité.
Pour financer ces locaux, le trio UMP, briffé par le Ministre, préconise « un partenariat entre les communes, la Caisse d'allocations familiales et une participation modeste des parents ».
A ce jour, la CAF, saignée par le manque de cotisations (exonération des heures supplémentaires, montée du chômage, pauvreté grandissante de ses ressortissants), ne viendra que si elle économise ailleurs (sur les crèches ? sur les centres de loisirs ?) car tous les élus locaux savent qu'elle baisse déjà fortement ses aides à l'investissement et au fonctionnement. Alors, que fera-t-elle pour ces nouveaux jardins d'éveil? On n'est certain que d'une seule chose : les impôts locaux font flamber !
La secrétaire d'Etat chargée de la Famille, Nadine Morano, a immédiatement soutenu la proposition. Elle « se félicite » dans un communiqué, de la proposition des sénateurs Monique Papon et Pierre Martin, « conforme aux engagements qu'elle a déjà pris avec Xavier Darcos ». L'aveu implicite d'une affaire montée de toutes pièces.
Elle oublie simplement de préciser que les familles en difficulté, dont les enfants étaient accueillis gratuitement, devront payer pour une prestation qualitativement inférieure, que les contribuables locaux vont devoir mettre la main au portefeuille, que le contenu (« ils joueront » a expliqué la sénatrice Papon) ne sera plus homogène, que l'on va encore supprimer des fonctionnaires d'Etat, pour augmenter les masses salariales des communes. Pour le reste, on attend la réaction des parents. On peut toujours rêver.
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

Agnès 11/11/2008 10:39

Et tout ça c'est catastrophique pour le travail des femmes car après 3 ans d'arrêt c'est déjà dur de retrouver du travail alors après 5 ans... c'est un dramatique retour en arrière  pour les femmes.

DM 08/11/2008 08:43

Celui qui tient l'information tient le pouvoir.Le problème, c'est le traitement qui est fait par les médias du démantèlement de l'école. Radios, télés, journaux présentent de façon brute le rapport sénatorial et ses conclusions. Aucun questionnement, aucune inquiétude, aucune critique...Comment dans ces conditions mobiliser des parents peu et surtout mal informés ? Comment aussi mobiliser des enseignants qui s'essoufflent dans des grèves ponctuelles et fourre-tout et qui acceptent de moins en moins facilement de perdre une journée de salaire alors qu'ils savent pertinemment qu'ils ne seront pas entendus ?

joly 06/11/2008 21:54

Et oui, tout ce qui a été annoncé depuis le fameux grand débat de Ferry, les études commandées par Sarko alors ministre des bfinances qui lui montarit combien de millions d'euros végétaient dans ce satané secteur public d'éducation. On y est, l'âge de pec des 4 ans etc.... Alors on la fait quand cette révolution ? Et le spartis de gauche, on se bouge....

MR 06/11/2008 14:51

J'ai des amies qui travaillent en école maternelle : je sais (et peux même montrer à qui le désire) ce qui s'y fait. C'est formidable.J'ai -à plusieurs reprises- fait des visites de stage dans des maternelles qui accueillaient des animateurs et je puis garantir que les enfants n'y "portaient pas de couches", avaient l'air heureux et particulièrement éveillés. En maternelle, j'ai même découvert des "inspecteurs" (race que je ne porte pas dans mon coeur !), qui vous réconciliaient avec la "hiérarchie" de l'éducation nationale. Bref...Supprimer l'école maternelle est un crime. S'il est un moment dans la vie d'un enfant où l'on peut compenser les handicaps "socio-culturels", c'est bien entre 3 et 5 ans, en ce lieu. Aux armes citoyens ! 

marie-claire 06/11/2008 12:19

.c'est vrai que les enfants de 2 ans ne sont plus scolarisés! même à l'école maternelle de Créon où ma fille n'a pas pu inscrire sa fille qui aura 3 ans en janvier 2009.....manque de moyens???cette destruction de l'école laïque est une honte! Comment l'empêcher?