Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 07:17

La justice... Qui aurait un seul instant imaginé en adhérant, comme moi, il y a 34 ans au Parti Socialiste, dans la foulée de Michel Rocard, qu'un jour il serait traduit en justice par un camarade, au prétexte que nationalement son leader était battu ? J'ai adhéré, après avoir été au PSU, à un parti que je pensais critique à l'égard d'une forme de justice bourgeoise prête à sanctionner le faible et à exempter le puissant. J'ai cru que socialisme rimait avec militantisme et que jamais, au grand jamais, on n'en arriverait à avoir recours à cette justice, pouvant être sarkozyste, pour régler un différend reposant sur les principes mitterrandiens du coup d'état permanent.

Désormais, au PS, on ne brandit plus des motions, mais des assignations ! Maintenant, j'ai plus de chance de finir ma carrière politique devant un tribunal d'instance que devant un « jury populaire ». Maintenant, je sais que la démocratie participative est à géométrie variable, en fonction du résultat des élections... auxquelles vous acceptez de vous soumettre. Jamais un seul instant je n'aurais imaginé que le vote de militants dans une section puisse être examiné par un juge d'un tribunal dépendant parfois des souhaits de... Rachida Dati. La menace est indigne d'un comportement socialiste historique, puisque certains n'hésitent pas à l'accompagner d'une manifestation publique devant le siège du PS... Incroyable. Inimaginable. Impensable, il y a seulement quelques années. Un véritable acharnement à anéantir un parti, à moins que l'on veuille partir en emportant le trésor de son financement public et que le reste soit de pure forme.
Les royalistes menacent en effet de "saisir la justice" et d'appeler à une manifestation devant Solférino si la commission de récolement, chargée de vérifier l'élection du chef du PS, ne prend pas en compte leurs requêtes, a annoncé hier soir François Rebsamen, soutien de Ségolène Royal. Dans une déclaration à l'AFP, qui s'est empressée de la diffuser (normal puisque c'est défavorable au PS) le maire de Dijon, numéro 2 sortant du parti des socialistes, a exigé que cette commission, qui s'est réunie hier et doit le faire à nouveau aujourd'hui à 14 heures, se saisisse du cas de scrutins à Lille et en Guadeloupe, dans lequel il y a eu, selon lui, « manipulations ». Dommage qu'il ait oublié sur sa liste l'Hérault, les Bouches du Rhône ou les Alpes Maritimes. Mais c'est probablement parce qu'il ne connaît pas tous les départements ! La moutarde Amora lui monte au nez, et il a véritablement édicté un ultimatum comme ne se le permettent que les généraux sûrs de leur fait ! Le PS a le choix : capituler devant un coup d'état, ou disparaître dans les affres de la suspicion éternelle. Ségolène Royal déclare que pour faire sortir le Parti socialiste « de la crise par le haut » il faut « redonner la parole aux militants », au moment même où la « commission de récolement » étudie les contestations du vote pour la désignation du premier secrétaire de ce même Parti socialiste.
Il est vrai que, après ce type d'accusations en tous genres, clamées devant une opinion publique médusée, car totalement ignorante des us et coutumes de la gent socialiste, on peut imaginer la crédibilité des critiques que le PS pourra formuler à l'égard d'une justice de classe. Autant réclamer que Nicolas Sarkozy choisisse lui-même la secrétaire générale du PS. En fait, le plus socialiste de ceux qui n'ont pas un instant confiance dans ce recours aux tribunaux, c'est... Dominique de Villepin !


MEME DE VILLEPIN N'A PLUS CONFIANCE
Comment peut-on, en effet, espérer faire laver son linge sale en dehors des instances que l'on a voulu renforcer et respecter dans le texte d'une motion ? Comment imaginer que ce soit dans le prétoire que se juge l'avenir du seul parti crédible d'opposition à un pouvoir de plus en plus autocratique ? Comment approuver une démarche, quand un ancien premier ministre de droite dénonce le même jour la partialité de la justice de son pays ? Les avocats de Dominique de Villepin ont adressé, en effet, hier au Conseil d'État un mémoire de 24 pages à l'appui de leur recours introduit le 7 novembre dernier. Ce document, signé par Me Yves Richard, vise à contester un décret de Nicolas Sarkozy, prolongeant les fonctions du juge Henri Pons, chargé d'instruire l'affaire Clearstream au côté de Jean-Marie d'Huy. Lui n'a même plus confiance dans la justice de son pays pour énoncer le bon droit.
« Le détournement de pouvoir auquel le président de la République s'est livré en maintenant M. Henri Pons dans ses fonctions, dans le seul but de poursuivre l'information dans laquelle il est partie civile, constitue à l'évidence une violation du principe de l'égalité des armes et, plus largement, du droit au procès équitable », argumente notamment l'auteur du texte, dont... Le Figaro a pris connaissance, après s'être excusé d'avoir oublié la bague à 15 600 euros du Ministre de la... justice ! . Programmée depuis le mois de juillet, la mutation du juge Pons à Montpellier devait initialement intervenir le 3 novembre. Le 31 octobre, Nicolas Sarkozy a toutefois signé un décret la repoussant au 20 novembre. « Cette prolongation avait manifestement pour objet de permettre à Henri Pons de participer à la confection de l'ordonnance de renvoi, alors que ce document aurait fort bien pu n'être signé que de Jean-Marie d'Huy», relève Me Yves Richard.
Se montrant plus sévère que le parquet dans l'examen des charges, les deux magistrats ont finalement renvoyé Dominique de Villepin devant le tribunal correctionnel pour « complicité de dénonciation calomnieuse ». Un chef de mise en examen qui pend au nez de toutes celles et tous ceux qui dénonceraient une malversation non avérée au sein du PS ! Un comble. Selon la défense de Dominique de Villepin, « il apparaît ainsi, en définitive, que Monsieur Sarkozy, qui agit en justice en qualité de partie civile, a instrumentalisé ses fonctions de président de la République pour la satisfaction de ses intérêts personnels ». Ce n'est pas au PS que pareil comportement existerait ! On cherche tout simplement à transformer un scrutin interne au PS, peu ou pas favorable, en tragi-comédie débile, et on appelle Polichinelle pour en percer les secrets.


LA LECON DE BESANCENOT

Pendant ce temps, la justice règle des problèmes infiniment plus cruciaux pour notre société. Le seul problème, c'est qu'ils ne sont pas portés par des socialistes, plus motivés à flinguer leurs camarades qu'à lutter contre le pouvoir. Les centaines de maires menacés d'une astreinte de 10 000 euros pour avoir eu le courage de résister au Service Minimum d'accueil apprécieraient que la même solidarité soit manifestée à leur égard, par les adeptes de la justice, (au fait Rebsamen a-t-il appelé à boycotter le RMA à Dijon ? Qu'a-t-il fait dans sa ville en la matière ? A-t-il déployé autant d'efforts pour lutter contre un mesure inique prise contre les enseignants ?) mais ils attendent un geste de ces contestataires de la légitimité d'un scrutin interne devant se régler à l'interne ! Que font les socialistes pour soutenir ces collègues courageux?
En fait, le seul qui ait été traduit pour avoir eu une attitude de gauche courageuse devant un tribunal reste Olivier Besancenot. L'importateur français du Taser a été débouté hier par le TGI de Paris de son action en diffamation contre le porte-parole de la LCR, Olivier Besancenot, qui avait affirmé que le pistolet à impulsions électriques avait provoqué des morts aux Etats-Unis. SMP Technologies, qui distribue le Taser en France, reprochait au dirigeant trotskiste d'avoir affirmé sur son... blog, en juin 2007, que ce pistolet aurait « probablement déjà fait taire plus de 150 personnes aux USA », des chiffres tirés d'un rapport d'Amnesty International. « Dans le meilleur des cas, il y a des doutes. Dans le pire, le Taser peut tuer », avait-il confirmé dans une interview au quotidien 20 minutes, également poursuivi. Au PS, on espère désormais que c'est un juge qui désignera la cheftaine de l'opposition au Président du Conseil supérieur de la Magistrature.

Les électrices et les électeurs, sur le terrain, n'en ont, dans le fond, rien à foutre, puisque dimanche ils ont donné, dans l'indifférence parisienne générale, une avance confortable (44 % des voix) à mon ami François Deluga dans une législative partielle, face à Yves Foulon, UMP, copain « pipolisé » de Nicolas Sarkozy et Bernard Laporte, qui se croyait imbattable. Les sections de Captieux, Bazas, Saint Symphorien, Belin Beliet... ont réussi l'exploit de persuader les électrices et les électeurs que le seul juge était le suffrage universel. Ils se battent pour leur idéal, et le reste les dépasse totalement.

Pour eux, le coup d'état permanent est à mener contre la droite, mais pas au sein d'un parti qu'ils respectent encore un peu ! Leur commission de récolement se réunira dimanche prochain, avec un député socialiste de plus, qui retrouvera le chemin du Palais Bourbon. Ils se moquent pas mal de savoir s'il est royaliste ou adepte de "bienvenue chez les Ch'tis" ! Ils savent qu'il est socialiste. Et pour eux, c'est encore l'essentiel. Ouf !
Mais je débogue..

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

DJEFF 26/11/2008 07:22

Triste, oui triste de constater, une fois de plus, que la dérive politico-journalistico-judiciaire de la vie publique, que l'on avait pu croire l'apanage de "la bande à Nico" soit en fait le mode de fonctionnement universel des partis en place !
Allons nous étonner de la désaffecion (j'allais écrire du désamour...) du peuple pour cette manière de faire de la politique...
Encore une fois, pour quelques Hommes et Femmes de qualité tels que Jean-Marie et Martine qui deviennent de véritables dynosaures de la vie publique, combien de ces personnes qui placent leur égo au dessus de tout ???
Et pendant ce temps, quid des mesures contre le surrendettement, les crédits usuraires, la lutte contre la crise ??? Et tant d'autres problèmes de gestion de la Vie pour lesquels nos élus sont supposés être mandatés ??? Pas grand chose de nouveau, mais ce n'est pas grave, tant que les juges ont du boulot ...
Je l'avoue ce matin, je suis écoeuré ...

PIETRI Annie 25/11/2008 23:11

Tu as raison, quelle tristesse de voir les partisans de Ségolène Royal en appeler à une justice sarkozyste pour régler des problèmes purement internes au parti socialiste, et qui plus est poursuivre dans leur détermination et leur entêtement, alors même que le Conseil National du Parti s'est prononcé, que tout a été compté et recompté, que le résultat est en définitive plus favorable à Martine Aubry qu'il ne l'était à l'issue de la centralisation primitive, c'est vraiment vouloir la mort du Parti, et n'avoir aucun sens du ridicule.... Ségolène Royal a perdu. Les militants qui avaient voté pour les autres candidats au premier se sont reportés plus nombreux sur Martine Aubry au second. C'est ainsi! les fans de Ségolène doivent se faire une raison, et admettre la défaite! Et puisque tu fais allusion au déroulement des opérations dans les Alpes Maritimes, Jean Marie, je voudrais préciser à nos camarades qu'il y a de multiples manières de fausser les résultats, et que le Premier Secrétaire de la fédération des Alpes Maritimes, conseiller municipal de Nice, conseiller général, Premier vice président du Conseil Régional auprès de Michel Vauzelle, a utilisé la plus insidieuse et la plus intellectuellement malhonnête qui soit à mes yeux. Nous savons tous ici que, bien que se réclamant, comme toi, Jean-Marie , de Michel Rocard, il est, depuis les présidentielles un fervent supporter de Ségolène Royal. C'est son droit. Que sa compagne est la Présidente de Désirs d'avenir dans les Alpes Maritimes, c'est encore son droit. Mais qu'il profite de sa "situation " de Secrétaire fédéral pour adresser, le matin du second tour,  une "lettre aux militants" dans laquelle il invite tous les militants, et particulièrement ceux qui avaient voté pour Benoît Hamon au premier tour à venir rejoindre les "ségolistes" au second avec des arguments  qu'il serait trop long de développer ici, qu'il adresse ce document depuis la fédération, en affirmant, dans l'heure suivante qu'il ne pouvait pas faire passer les messages de ses adversaires, l'ordinateur étant malencontreusement tombé en panne...(je vous rassure, le matériel marchait très bien le soir pour la centralisation des résultats), et ce après avoir restreint au maximum l'accès aux fichiers pendant toute la campagne, sauf pour ses amis, c'est bel et bien une manière de fausser les résultats aussi grave que de bourrer les urnes ou de commettre des erreurs de transcription au moment de la centralisation des résultats, et  il devra en être tenu compte au cas où ils saisiraient la justice. Résultat de ces procédés réputés honnêtes (il n'y a pas eu, à ma connaissance, de contestation des résultats chiffrés) : sur 2694 inscrits, 1195 votants, 1178 suffrages exprimés, Royal 721 (61,21%) et Aubry 457 voix (38,79%)....et dans la section du Secrétaire Fédéral - qui est aussi très provisoirement la mienne - 546 inscrits, 185 suffrages exprimés ( il n'ont réussi à faire venir que 9 électeurs de plus qu'au premier tour, malgré un phoning d'enfer) ....160 pour Royal et 25 pour Aubry.... si ce n'est pas un résultat de république bananière, qu'est ce que c'est ? Alors, ils feraient bien de balayer devant leurs portes avant d'insulter, d'accuser leurs adversaires et de démolir notre parti.
 

youkaidi 25/11/2008 11:26

Ne pas oublier que Segolène Royal a traduit son père en Justice et qu'elle est de formation "juridique" alors aller devant les tribunaux ne doit pas trop lui poser de problèmes.
Lorsque ses "camarades " lui savonnent la planche, sont prêts à toutes les alliances, toutes les turpitudes (bourrage des urnes etc ... ) pour qu'elle ne soit pas premiere secretaire, lorsqu'ils ne veulent pas reconnaître qu'il y a eu irrégularité et se proclament vainqueur avant même que ces irrégularités ne soient tranchées alors oui les royalistes ont raison d'aller en Justice.
Peut être qu'il est temps d'en finir avec les pratiques du siècle passé (de part et d'autre), temps de reconnaître qu'il y a des dysfonctionnement dans certains bureaux mais apparement c'est la sourde oreille qui prévaut d'où les menaces diverses et variées pour déboucher quelques oreilles. Les résultats ne sont pas contestés lorsqu'ils sont incontestables.
Les blocages anti segolène sont tels dans ce parti que l'on doive recourir à la Justice ?
En parlant de Justice, j'éspère bien que le jugement condamnant le DAL ainsi que les enfants de Don Quichotte va être cassé, tiens et si on jugeait l'abbé Pierre par contumace ?

J.J. 25/11/2008 09:37

Et pour eux c'est encore l'essentiel !
Et si l'on poursuivait en justice, puisque c'est la mode,tous ces soi-disant socialistes pour publicité mensongère et  usurpation de titre et d'identité ? Peut-être pourrait-on faire le ménage et trouver de vrais socialistes ?