Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 07:17

Les sondages sont certainement les pires ennemis de la démocratie, car ils façonnent sans aucun contrôle déontologique réel l'opinion dominante. Ils portent ce qui devient une vérité, alors que leur fiabilité n'est pas toujours très élevée. En fait, on retrouve le problème éternel de l'œuf et de la poule. Est-ce le résultat, tripatouillé selon des méthodes plus ou moins orthodoxes, qui conforte la position générale de celles et ceux qui le reçoivent ? Ou est-ce le sentiment majoritaire qui donne naissance aux résultats du sondage ? En fait, en d'autres temps, j'avais appris que tout travail réel de propagande repose sur la... révélation. Il s'agit tout simplement de concrétiser ce que les gens veulent dire, mais ne parviennent pas, pour diverses raisons, à formuler. Une question bien préparée peut faire émerger une position majoritaire, alors que la même question formulée différemment peut se heurter à un refus. Un exemple ? « Etes vous raciste ? » ne donnera certainement pas le même résultat que « pensez vous qu'il y a trop d'étrangers en France ? ». Les cas similaires ne manqueraient pas mais, comme on ne livre en pâture à la multitude que des pourcentages arrondis et refaçonnés, personne n'a le temps ni les moyens d'analyser la question ayant produit de telles prises de position !
Malgré la crise économique internationale, les Français étaient, par exemple, un peu moins pessimistes sur leur avenir en décembre qu'en août dernier, affirme un sondage Ifop paru ce matin dans Ouest France. 61% des personnes interrogées se déclarent pessimistes pour leur avenir et celui de leurs enfants, contre 39% qui se disent optimistes, selon cette enquête, réalisée par... téléphone les 18 et 19 décembre auprès d'un échantillon de 959 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas). Avez-vous sincèrement les atouts indispensables pour décoder ces références techniques, capitales pour mesurer la différence d'un résultat à l'autre.
Dans l'enquête précédente du même type, effectuée en août, les pessimistes étaient 67% et les optimistes 33%. Ce sondage avait été marqué par une chute de 20 points du nombre d'optimistes par rapport à décembre 2007. Le léger redressement du mois de décembre 2008 "vient donc atténuer le spectaculaire retournement de tendance" observé en août, souligne l'Ifop. Ouf ! C'est mieux ainsi pour l'Elysée, car à quoi ça aurait servi que Nicolas il se décarcasse, si le bon Peuple avait compté, au moment des vœux de bonheur et de prospérité, plus de 2 sur 3 de ses membres, légitimement inquiets sur leur avenir ?
DES LAPALISSADES
"Les résultats de l'enquête confirment, par ailleurs, la défiance globale accordée au gouvernement observée depuis décembre 2007", soulignent les auteurs de l'étude. La protection de l'environnement et la lutte contre l'insécurité sont "les deux seuls domaines pour lesquels les Français sont majoritairement confiants" avec respectivement 61% et 57% des personnes interrogées se déclarant confiantes. Les Français se montrent particulièrement défiants sur l'augmentation du pouvoir d'achat (75% n'ayant pas confiance), la baisse des impôts (74%), la lutte contre la pauvreté et l'exclusion (69%) et la lutte contre le chômage (67%). Alors là, véritablement, il s'agit de scoops phénoménaux... Le pouvoir d'achat aurait baissé ? Les impôts indirects (ce sont les plus lourds et les plus inégalitaires) auraient eu une productivité diminuée ? La pauvreté et l'exclusion auraient augmenté ? La chômage serait au plus haut ? Pas possible ! Surprenant ! Alors ça, c'est de l'info où je ne m'y connais pas, et ça méritait bien un sondage de l'Ifop !
Franchement, ce serait énorme si, sur ce triptyque de la vie sociale, une majorité de Françaises et de Français avaient délivré un satisfecit au gouvernement ! Et sur l'environnement, a-t-on expliqué aux sondés que... si les collectivités locales baissent les bras (suppression des départements par exemple), le Grenelle ne sera qu'une vaste couillonnade pour gogos habillés de vert ? Pas sûr ! Mais comment croire au résultat sur l'insécurité, quand on annonce 30 % de véhicules incendiés en plus dans la seule nuit de la Saint Sylvestre ? Ouest-France aurait bien mieux fait de distribuer le coût du sondage aux déshérités de sa zone de diffusion, car c'est véritablement du fric fichu en l'air pour se faire plaisir !
ACTIONS TERRORISTES POTENTIELLES
En fait la situation sociale est devenue tellement préoccupante que des phénomènes, inimaginables il y a quelques mois, se produisent en France. De dangereux terroristes, pas tous basés en Corrèze, s'en prennent à des grandes surfaces, temples de la consommation. Il faudrait un sondage pour savoir ce que pensent les Françaises et les Français de ces « Robin des bois » de la pauvreté. Chiche ! Et selon le verdict, Nicolas Sarkozy, en visite dans un supermarché d'Edouard Leclerc (promu dans l'ordre de la Légion d'Honneur pour Sarkozysme éclairé), pourrait proposer qu'on les prive du droit à obtenir une carte bleue !
A l'approche des fêtes de fin d'année, on peut apercevoir, dans les rayons des supermarchés, poussant des chariots de pâtes, riz, foie gras et champagne avant de partir sans payer, après négociation avec le gérant, pour redistribuer à ceux qui n'ont rien, des clients peu ordinaires pour certains, pilleurs pour d'autres. Ces deux dernières semaines, ils ont frappé trois fois. A Rennes, à Grenoble et à Paris, ce mercredi, après la décision, prise avec d'autres collectifs, de multiplier les opérations coups de poing, pour permettre aux « personnes précaires » de fêter le réveillon.
Le 20 décembre, le rayon alimentation des Galeries Lafayette de Rennes (Ouest-France en a parlé) est pris d'assaut par des militants du Mouvement des chômeurs et précaires en lutte (MCPL). Une semaine plus tard, c'est au tour d'un Monoprix grenoblois d'être réquisitionné par une trentaine de personnes. Chômeurs, mal logés, RMistes, intermittents, précaires. Ils n'ont pas attendu le résultat du sondage de l'Ifop pour se rendre compte que la précarité et la pauvreté avaient grandement progressé, dans un temps où le « pouvoir d'achat » n'existait même plus pour une bonne partie de la population. Personne n'explique en effet assez que pour acheter, il faut d'abord pouvoir...le faire !
A Paris, le jour de la Saint-Sylvestre, ce sont les sans-papiers de la Bourse du travail et les mal-logés du gymnase Saint-Merry qui ont pu profiter des aliments « réquisitionnés » un peu plus tôt au Monoprix de la rue du Faubourg-Saint-Antoine par une cinquantaine de militants de collectifs de chômeurs et de précaires. Ces « empêcheurs d'encaisser en rond », comme ils se présentent, ont déposé au fond de 13 chariots des produits de première nécessité (riz, huile, lait) et des aliments homologués réveillon du 31 décembre, type saumon, foie gras et champagne.
SE SERRER LA CEINTURE
Ils n'ont fait que confirmer un autre sondage, qui sort avec fracas ce matin dans l'ineffable JDD, maintes fois suspecté de partialité manifeste. On y apprend que, confrontés à la crise économique, 69% des Français envisagent de réduire les dépenses de leur foyer en 2009, contre 31% qui comptent les maintenir. Qui a produit une telle analyse sociologique ? l'Ifop, bien entendu !
Les artisans et commerçants (83%) ainsi que les ouvriers (80%) sont plus nombreux à envisager de diminuer leur budget que les cadres supérieurs (63%) ou les professions intermédiaires (64%). Les produits de haute technologie, tels que l'informatique, les photos et les écrans plasma sont le premier poste à être sacrifié, avec 52% des Français qui comptent réduire leurs dépenses dans ce domaine. 48% des personnes interrogées comptent diminuer leur budget consacré aux sorties au restaurant, 44% veulent économiser sur les voyages et vacances et 42% envisagent de dépenser moins pour les sorties au cinéma et les spectacles.
L'alimentation est le poste de dépenses auquel les Français comptent le moins toucher, avec 78% d'entre eux qui veulent maintenir leur budget. 23% des femmes interrogées envisagent néanmoins de le réduire, contre 15% des hommes. 65% des Français indiquent vouloir maintenir leur budget téléphonie, contre 34% qui cherchent à le réduire. Le budget habillement devrait rester inchangé pour 59% des personnes interrogées et celui des produits culturels (livres, DVD, CD) pour 58%. Bon, maintenant il faut attendre le prochain sondage pour connaître la cote de popularité de Nicolas Sarkozy qui aura une popularité encore plus forte dans la vérité sortie des urnes ifopiennes !
Comment voulez vous qu'il en soit autrement quand 75 % des français ne lui font plus confiance comme « président du pouvoir d'achat » (ils n'auraient donc pas perdu la mémoire ?), 74 % ne croient pas en sa baisse des impôts (ils deviendraient lucides ?) ; 70 % ne lui accordent aucun crédit pour lutter contre le chômage (ça ne va pas s'améliorer !) et 69 % vont renforcer la récession en renonçant à consommer pour redevenir citoyens ! Allez on prend les paris : deux passages de Carla Bruni sur la télévision publique et sur TF1 suffiront à le ramener à plus de 50 % d'extase populaire ! C'est l'Ifop qui vous le garantit !
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

marc d Here 06/01/2009 18:24

Selon Médiamétrie il y a eu plus de telespectateurs hier soir, et plus tôt. Attendons de voir, mais il semble bien que le public apprécie cette réforme voulue par le Président de la République et refusée curieusement par la gauche et le personnel des chaines publiques. Compte tenu de la crise de la publicité il est vraisemblable que le Président a sauvé la TV publique.