Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 07:17

« C'est vraiment la réforme la plus importante depuis 20 ans » a proclamé, sans sourire, Christine Albanel, à propos de la suppression de la publicité sur France Télévisions, qui a commencé hier soir. Il y a fort à parier qu'elle franchira le mur du çon dans le prochain Canard Enchainé, en tout cas, elle le mériterait, pour avoir considéré que, par les temps qui courent, cette décision présidentielle va changer le sort quotidien de millions de Françaises et de Français. Il faudrait rediffuser, en continu, le sketch de Coluche, pour se persuader qu'une Ministre de la Culture peut singulièrement ... en manquer. Allez, souvenez-vous : « La publicité à la télévision, ça s'adresse uniquement aux débiles mentaux. J'le dis parce que si y en a parmi vous, ça s'adresse à eux... Les autres, circulez, y a rien à voir (...) Alors, la publicité, à la télévision par exemple, vous savez, surtout c'est pour les lessives. Je sais pas, on doit en manger, parce que y nous en vendent (...).  Vous avez le nouvel Omo. Ah! Il est bien le nouvel Omo. C'est celui qui lave encore plus blanc que blanc. Moi, j'avais l'ancien Omo qui lavait plus blanc et il lavait déjà bien, hein. Mais maintenant, il y a le nouvel Omo qui lave encore plus blanc (...) Bon. Parce que j'suis allé voir Mr. Omo et j'y ai dit : "Dites donc, je m'excuse de vous déranger pendant le repas..." Parce qu'il était à table avec des enzymes à lui. Alors il était là... J'y ai dit : Je m'excuse de vous déranger, Monsieur Omo. Le nouvel Omo, est ce qu'il lave plus blanc que l'ancien Omo ??? Heu... il lave plus blanc, le nouvel Omo ! Mais l'ancien Omo, il lave... moins blanc, alors? Non, l'ancien Omo, Il lave... blanc! Ah bon... Parce que moi, heu, blanc, je sais ce que c'est comme couleur, c'est blanc. Moins blanc que blanc, je m'doute. ça doit être gris clair. Mais plus blanc que blanc j'vois pas. Qu'est-ce que c'est comme couleur ??? C'est nouveau, ça vient de sortir! Le nouvel Omo c'est celui qui lave la tache qui est cachée dans le nœud du torchon. Vous avez vu ça à la télévision ??? Y a le torchon. C'est deux gonzesses qui font la publicité, complètement abruties. Y en a une, elle sait même pas qu'il y a un nouvel Omo. Heu... l'autre, elle dit : "Ben dis donc ? T'en as fait une grosse tache sur ton torchon. "Et alors elle dit : "Regarde bien le nouvel Omo. Tu vois la grosse tache sur le torchon ?? Je fais un noeud. Tac... et plus la tache ! Le nouvel Omo, ça lave la tache qui est cachée dans le nœud du torchon. Mais il est bien le torchon, après. Il est propre. Il est aussi propre qu'avec l'ancien Omo sans faire le nœud. C'est plus long, faut faire les nœuds. D'ailleurs, celui qui a 5 kilos de linge, il fait les nœuds le lundi, il fait la lessive le mardi et puis après il a toute la semaine pour défaire les nœuds... » C'était prémonitoire, puisque Christine Albanel a débarrassé le service public depuis hier soir de ces niaiseries, et elle se prend pour la Charlotte Corday de la télévision. Elle oublie un peu trop facilement que la véritable réforme, ce n'est pas la suppression de la pub, mais la prise de contrôle effective, par le Président, de l'ensemble des chaînes publiques sensées représenter la pluralité des foyers qui la financent. Il s'agit de laver plus blanc que blanc les cerveaux de téléspectateurs, et d'éviter que les nœuds que se fait le gouvernement soient défaits par d'autres !
CHUTE PREVISIBLE
Pour Jean-Marie Charon, sociologue des médias qui s'exprime dans l'Express, « la première chose à observer sera l'attitude réelle du public face à la publicité elle-même (voir le sketch de Coluche !). C'est un élément que les chaînes privées ne maîtrisent pas. On peut imaginer a priori qu'en France, le public est plutôt réticent, critique, à l'égard de la publicité et ça, c'est un point de fragilité pour les chaînes privées. » Selon lui, le service public pourrait bénéficier dans un premier temps d'un « effet de curiosité » sur lequel il devra capitaliser en proposant « des programmes forts et attractifs ».
Hier soir, par exemple, cela a été un bide complet en termes d'audience, avec ou sans pub, et dans quelques jours, l'inertie de l'habitude devrait reprendre le dessus, et dans un second temps, conduire les téléspectateurs à revenir vers leur chaîne privilégiée. Surtout si, comme le redoute Jean-Marie Charon, les programmes de France Télévisions « ne donnent pas l'impression d'une rupture fondamentale » et déçoivent un public attiré par les promesses d'une offre différente et résolument culturelle. « En termes d'audience, (la suppression de la publicité) ne peut pas être une bonne opération », juge Francis Balle. « On va exiger des chaînes publiques des programmes destinés à un public averti plutôt qu'au grand public. Inévitablement, cela va détourner une certaine fraction de l'audience mais, poursuit-il, « en jouant sur l'identité de chacune de ses antennes, France Télévisions, qui perdra probablement un peu de parts de marché, aura aussi un public beaucoup plus captif, plus fidèle ». Les véritables bénéficiaires devraient être les chaînes de la TNT et bien évidemment TF1 et M6 ! Elles vont, tôt ou tard, récupérer les budgets sans... pour autant augmenter leurs dépenses pour améliorer les programmes. En définitive, il ne faudrait retenir de cette pseudo « libération » que la nomination, par l'Elysée, du PDG... mais personne ne s'en soucie véritablement !
LIBERTE THEORIQUE
« La télé publique a été libérée de la pub, libérons-la de Sarkozy », a rétorqué Cécile Duflot dans un communiqué, à la Ministre en état d'extase. Si la disparition de la pub marque la fin de la « logique marchande », la secrétaire nationale des Verts prévient que « sans compensation réelle et pérenne, la télévision ne sera pas suffisamment forte face aux puissants médias privés ». Le président du MoDem, François Bayrou, craint lui aussi, une « double dépendance » pour l'audiovisuel public. Une dépendance « politique », parce que le président de France Télévisions sera nommé directement par le président de la République, et « dépendance financière, budgétaire, parce qu'il va tous les ans quémander son budget ». 
La réalité est là, et pas dans la suppression de l'échange d'un baril de lessive qui lave plus blanc que blanc, contre deux barils sensés laver moins blanc que blanc ! « Il est possible que dans un an, dans deux ans, il n'y ait plus les ressources », a redouté l'ancien ministre de la Culture, Jack Lang, sur France 2. « Par conséquent, les personnels, et par conséquent les programmes, et par conséquent les téléspectateurs risquent d'être victimes d'un système de financement qui introduit l'insécurité et l'instabilité. » En une période où le pouvoir d'achat s'effondre, on augmentera la redevance, désormais liée à la taxe d'habitation, ce qui laissera croire aux contribuables que ce sont les collectivités locales qui... augmentent l'addition globale ! Les décodeurs pour feuille d'impôts ne sont pas très nombreux !
A l'origine de "la Journée sans lui"(sans Sarkozy dans les médias) en décembre 2007, l'association "le Rassemblement pour la démocratie à la télévision" revient à la charge, et lance une campagne nationale et internationale avec pour logo: "Non à la monarchie médiatique".
UN LOGO DE RESISTANCE
Le but: « grâce à ce logo, chacun, politique, journaliste, intellectuel, artiste, simple citoyen attaché à l'indépendance et à la liberté de la presse, pourra désormais manifester, au quotidien et de façon durable, son opposition à l'omniprésence médiatique du président ». Mais également : « exprimer le ras-le-bol de cet énième déni de démocratie fomenté par le roitelet et sa clique », dit le Rassemblement pour la démocratie à la télévision, dans son communiqué d'hier.
Ce logo est destiné à un double usage: « virtuel et réel » explique le RDT: « Il peut être mis sur les sites, blogs, courriels et peut également vous être adressé gracieusement sous forme de petites étiquettes adhésives ». Et ainsi, démontrer « la force de la protestation démocratique », ajoute le RDC dans son communiqué.
L'association propose, par ailleurs, quelques bonnes résolutions à suivre en ce début d'année, et notamment: « boycotter les prestations médiatiques des présidents (de France Télévision et de la République), zapper les chaînes privées bénéficiant de la nouvelle manne publicitaire "made in Elysée", soutenir les journalistes en grève contre la mise en place de la télésarkozy.
C'est probabalement dans cette triste réalité que se trouve la réforme historique qui enchante Christine Alabanel. On aura réussi à camoufler un retour à l'ORTF gaulliste de la grande époque, pour en faire un bienfait social à court terme. Il faut rapporcher cette mascarade d'une autre, qui s'est produite hier. Figurez-vous que ce grand magazine d'information qu'est Voici a fait une nouvelle victime de la méthode consistant à mettre les médias aux ordres. Le frère du président de la République, François Sarkozy, a fait retirer  du site de Voici.fr, un article qui évoquait les rumeurs selon lesquelles il serait le père de l'enfant de Rachida Dati. L'article, intitulé "Une surprenante visite", affirmait que François Sarkozy avait rendu visite à la ministre de la Justice et à son bébé, Zorah, dans leur chambre de la clinique de la Muette. Il poursuivait ensuite, en rappelant différentes rumeurs sur l'identité du père de l'enfant.
Quelques heures après sa mise en ligne, l'article était retiré du site. Selon une capture d'écran de la page faite par Le Post, on pouvait simplement lire le titre, accompagné de la mention "Article retiré à la demande de François Sarkozy". Lundi en fin d'après-midi, cette mention elle-même avait disparu, laissant place à un "Désolé, la page demandée n'a pas été trouvée".  Maintenant,.. .si vous n'avez pas compris ce qui nous attend ! La seule pub autorisée sera celle pour "le temps des copains".
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires