Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 07:17
Internet est devenu une immense caverne d'Ali Baba où l'on peut trouver les trésors des amitiés. Grâce au sésame des recherches, j'ai retrouvé en ligne un compagnon de route de l'époque de ma « formation » civique, comme militant de feu le Syndicat National des Instituteurs. Une organisation à laquelle je dois beaucoup, car elle était véritablement le creuset d'une future union de la Gauche. Calme, rigoureux, brillant dans ses analyses, Guy Georges en fut l'un de grands secrétaires généraux... J'ai toujours une reconnaissance particulière et une admiration fidèle pour ces hussards d'un syndicalisme unitaire, démocratique et indépendant, qui m'a tant apporté comme responsable départemental de la commission des jeunes (il y a 40 ans, comme conseiller syndical, comme membre du bureau et comme représentant du personnel durant deux décennies.
Le hasard d'un commentaire sur internet, via un message personnel, sur ma prise de position sur le massacre de l'école m'a permis de retrouver Guy Georges avec qui j'ai échangé. Il n'a pas changé d'un pouce, 28 ans après sa venue à Créon pour une réunion sur le sauvetage de l'école rurale !
Il m'a envoyé l'autre jour une lettre, qu'il vient d'adresser, en tant que militant socialiste, à l'hebdo de ce parti, pour lui faire part de ses commentaires sur la vision de la laïcité présenté dans un article. Comme je ne changerai pas un mot à ses positions, que je trouve extrêmement fortes dans le contexte de religiosité actuelle et, plus encore, d'indifférence aux attaques qui se font jour, je me permets de vous adresser son texte courageux et digne. A vous de juger de ces positions, que les médias ne vous relaterons certainement pas. Elles découlent d'une position prise dans l'Hebdo des socialistes par Jean Baubérot, sociologue, spécialiste de la...laïcité !


« Je ne me fais aucune illusion sur le sort qui va être réservé à ce courrier. J'en ai l'habitude. Mais je renierais 60 ans d'engagement syndical et politique si je ne réagissais pas au contenu du n° 519 de « l'Hebdo des socialistes ». Instituteur depuis 1945, militant puis secrétaire général du syndicat national des instituteurs et professeurs de collège de 1976 à 1983, président du Comité de coordination des mutuelles et coopératives de l'Education Nationale jusqu'en 1992, président de l'ONG "Solidarité Laïque" jusqu'en 2000, j'ai passé l'essentiel de ma vie à défendre les valeurs de la laïcité authentique, et j'ai vécu la bataille perdue de ces 60 dernières années. Je ne reviendrai pas sur les éléments de cette histoire, dont le PS a reçu il y a quelque temps la synthèse ( j'attends toujours ne serait-ce qu'un accusé de réception...)
En lisant le contenu du n° 519, j'en arrive à me demander si les imprécisions, voire les ambiguïtés constatées dans l'expression du PS ne cachaient pas une orientation nouvelle du parti en matière de laïcité de l'Etat. « Sainte alliance contre la laïcité » titrez-vous. On s'attend à ce que vous la situiez dans sa continuité. Il y a un siècle que la collusion « droite/cultes » existe et 60 ans qu'elle progresse. Mais vous vous en tenez au présent comme si Sarkozy avait d'un seul coup ouvert les hostilités. Il dit crûment et applique cyniquement ce que le parti clérical, pour reprendre l'expression de V. Hugo a toujours espéré. L'éditorial est bon mais l'atteinte à l'unicité de notre république ne date pas de 2007. Sarkozy cherche vraisemblablement à lui donner le coup de grâce. Quand je lis « Miracle de la droite, l'enseignement catholique ressuscite », je crois rêver. Il a ressuscité depuis 1951, 1959 1971, 1977, autant de jalons qui lui ont donné non seulement droit de cité- il l'avait avec la liberté d'enseigner que la laïcité lui préservait- mais vocation à se substituer à l'école républicaine. Et quand le PS a été au pouvoir, il a été incapable de casser cette évolution vers la « nationalisation pluraliste » à laquelle la hiérarchie catholique avait tant aspiré. Sur ce terrain, Sarkozy et son compère Darcos sont en situation de gagner par KO. Quand je lis sous la plume d'élus socialistes que leur vigilance porte sur la « parité public/privé », je me demande si la ligne du parti n'est pas de s'accommoder de la situation et d'en dénoncer seulement les excès.
Mais il y a plus grave. Si l'Hebdo des socialistes exprime les positions du parti, je dois constater une inflexion qui équivaut à un renoncement à son histoire et son éthique. Depuis une vingtaine d'années, est apparue une approche "moderne" de la laïcité, s'opposant à la " conception antérieure de la laïcité", la définissant comme "simplement synonyme de tolérance, de pluralisme, de respect de toues les convictions ou éthiques particulières" , pour aboutir à "une culture laïque, ouverte, regroupant dans une recherche commune des incroyants, des chrétiens de diverses religions, des juifs et- pourquoi pas - des musulmans". Voici les citations d'un rapport rédigé en 1988 par Jean Baubérot : Laïcité ouverte »! Il est l'inventeur des épithètes accolées à la laïcité. Pourquoi Sarkozy s'en priverait-il?
Que Jean Baubérot réaffirme ses conceptions en 2009 n'a rien d'étonnant. Mais que le PS ne lui oppose pas la conception historique et socialiste de la laïcité donne à penser qu'il l' approuve.
Que dit Jean Baubérot? Il fustige les "discours passéistes" Merci pour Jaurès...Surtout, il reprend en des termes impératifs cette sorte d'œcuménisme élargi qui lui tient lieu de laïcité dans ce passage (p. 14) que le parti n'aurait pas dû accepter sans réagir;( il en fait même un encadré!!.) Je cite:" nos sociétés démocratiques sont désormais pluriculturelles et la laïcité du XXIème siècle devra être interculturelle" Et, pour faire bonne mesure, cet anathème : "Ceux qui auront stagné dans la paresse intellectuelle d'un discours répétitif en porteront la responsabilité".
Ce n'est une découverte pour personne que les sociétés - la nôtre comme les autres en démocratie- sont multiculturelles ( on pourrait chipoter sur l'utilisation de la culture en l'espèce mais passons). M. Baubérot en déduit que la laïcité doit être interculturelle. Qu'est-ce que cela signifie? Non seulement la neutralité de l'Etat, voire des individus, vis à vis des choix « spirituels » ou « particuliers » de chacun. Mais l'organisation de la société en tenant compte de ces diversités. C'est la voie ouverte au communautarisme. La droite ne s'y est pas trompée, qui s'est engouffrée dans la brèche. Le rapport Stasi définit la société laïque comme "l'espace public partagé" entre les diverses options religieuses et spirituelles. Sarkozy ne fait, là aussi que profiter de cet appel d'air.
La laïcité n' est pas seulement garante du respect par chacun de la diversité de la société et de la liberté pour chaque citoyen de se livrer à des pratiques religieuses ou spirituelles. L'Etat le garantit par l'article 1 de la loi du 9/12/1905,dès lors que ces pratiques ne troublent pas l'ordre public. Mais il n'est pas de la responsabilité de l'Etat d'organiser la société en fonction de ces pratiques ou coutumes.
La réponse laïque est claire et simple. La responsabilité de l'Etat se situe dans le rapport entre celui-ci et ses citoyens, quelles que soient leurs options Et ce n'est pas la même chose. Liberté de conscience, certes, mais aussi égalité devant la loi commune et non je ne sais quel interculturalisme; fraternité - universalité ,beau nom que j'emprunte à H. Pena-Ruiz-, c'est à dire recherche de ce qui unit. Discours passéiste? Non enjeu actuel. Passéiste, la loi du 9/12/1905? C'est ce que pensent les représentants des religions et la droite et Sarkozy, qui a le mérite de la franchise. Cette loi a fait de la laïcité, sans épithète, la pierre angulaire de la République.
J'ajouterai une chose qui n'est pas de la "paresse intellectuelle". La loi de séparation n'est pas une loi antireligieuse. Jaurès et Briand ont imposé un texte qui installait l'indépendance réciproque de l'Etat et des religions, malgré la gauche républicaine qui aurait souhaité mettre l'Eglise catholique sous la tutelle de l'Etat. C'est cette indépendance précieuse pour la paix civile et pour les religions que Monsieur. Jean Baubérot ose qualifier de « conception antérieure de la laïcité » et que la droite derrière Sarkozy veut supprimer ».

Cette réaction d'un hussard noir, courageux, digne, lucide me plaît particulièrement car elle va une fois encore à l'encontre de l'opinion dominante... sur ce sujet , ô combien important, qu'est la laïcité d'une République en perdition. Elle bat en brèche des idées toutes faites et surtout elle rappelle qu'il s'agit d'une idée ancienne qui n'a jamais été aussi galvaudée, alors qu'elle est d'une actualité brûlante. Il y a pourtant fort à parier qu'entre les thèses de l'ex-conseiller technique ministériel de Ségolène Royal , et celle d'un militant aussi convaincu que l'est Guy Georgesp, nombreux sont ceux qui, au nom du modernisme, choisiront de fermer les yeux. Pour ma part, je suis heureux comme un jeune militant d'avoir retrouvé les idées du bon vieux temps de l'encre violette.
Mais je déblogue...
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires