Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 23:08
Dans le fond, tous les laïques convaincus devraient envoyer un message de remerciement au Pape. Ce que fait Benoît XVI, depuis son avènement sur le trône de Saint Pierre,  constitue du pain béni pour celles et ceux qui ne croient pas au rôle social potentiel des religions. De jour en jour, de déclaration en déclaration, de voyage en voyage, de décision en décision, il offre une caricature intégriste de ce catholicisme qu'il est censé défendre et développer. C'est à se demander s'il ne le fait pas exprès, en partant du principe  : « pour devenir célèbre, arrangez-vous pour que l'on parle de vous. En bien ou en mal. Mais faites que l'on parle de vous ! ». Alors, il y va de bon cœur, se régalant des scandales que provoquent ses déclarations extrémistes. Il a réussi à faire l'unanimité : contre lui ! Même le Président de la république française ou George Bush n'ont pas réussi pareil exploit !
Qu'est-ce qu'il prend, le Pape ! Tout le monde lui tape dessus à bras raccourcis. Tout le monde le dézingue chaque jour un peu plus. Personne pour le défendre. Il faut d'urgence saluer cette abnégation très catholique, et qui vire au syndrome du martyr. Car, bien entendu, Benoît XVI ne dit pas ce qu'il dit, ni ne fait ce qu'il fait par inadvertance ou distraction. Il n'ignore pas que les décisions qu'il vient de prendre, mettant fin à l'excommunication d'un évêque intégriste, mais aussi révisionniste, ou les propos qu'il vient de tenir sur le fléau qu'est le sida en Afrique,  qu'aggraverait fâcheusement l'usage du préservatif, sont parmi les plus provocateurs, choquants, transgressifs, inacceptables et incompréhensibles qui se puissent imaginer. Il assume, et mieux, personne ne doute qu'il le fasse avec l'intention d'aller marcher sur les plates-bandes des autres extrémismes. Excommunication : un mot que l'on croyait banni du vocabulaire, tellement il rappelle l'obscurantisme forcené. Le terme Excommunication apparaît en effet au Moyen-Âge, lors d'une phase des plus tristes de l'histoire chrétienne: l'Inquisition ! C'est en fait, à l'initiative du pape, qu'est créé le tribunal de l'Inquisition, chargé de juger les personnes accusées de ne pas respecter, et de déformer, la « vraie » Foi.

UNE VIEILLE PRATIQUE
Les accusés refusant d'abandonner leur idées, jugées fausses, sont rejetés de l'Eglise et de ses Sacrements, c'est... l'Excommunication. En quelque temps, le tribunal use très vite de méthodes brutales, excommuniant ceux qui montraient un peu trop leurs points de vues , mais allant même jusqu'à condamner à mort ceux qui étaient accusés de sorcellerie. On retient qu'en Espagne, l'Inquisition fut très longue mais aussi très cruelle. L'Excommunication est donc née d'un événement assez sombre de l'Eglise. La voir réapparaître après un viol, ou pour, à contrario, la lever afin de réhabiliter des évêques, ne relève pas d'un caprice, mais d'une attitude minutieusement calculée. On est donc bien obligé d'examiner une hypothèse un peu irréaliste, inouïe, qui suppose le sacrifice personnel se sa sainteté !
Le Pape se sacrifierait, faisant douter de sa raison, de son bon sens, de sa charité chrétienne, discréditant même la fonction papale, et son autorité morale. Il accepterait une critique planétaire pour un but suprême, supérieur à tout, susciter un universel œcuménisme ! Quel talent que celui de se faire condamner par la terre entière et, donc, de faire « communier » tout le monde, pour une fois, une seule fois, dans une même clameur  ! Cet exploit, il le réussit même dans le pays où réunir dans une même démarche droite et gauche est autrement impensable que de réconcilier chrétiens, juifs et musulmans dans le monde : la France ! Quel régal que de voir s'unir dans une même incompréhension, sinon indignation, Daniel Cohn-Bendit et Alain Juppé, les médecins comme les évêques, le Quai d'Orsay comme les ONG. À peine Christine Boutin vient-elle troubler la fête en certifiant qu'il « n'est pas drôle de mettre le préservatif quand on fait l'amour », ce sur quoi le Pape ne s'est d'ailleurs pas prononcé... car on imagine qu'il n'a jamais eu à tester un préservatif. C'est la seule voix en France, et qu'elle voix, que celle de cette grenouille de bénitier, confondant solidarité et charité.
Dans l'avion qui le conduisait mardi au Cameroun pour sa première visite pontificale en Afrique, Benoît XVI avait déclaré que les préservatifs n'étaient pas la solution pour lutter contre la pandémie de SIDA qui ravage le continent, et qu'ils ne pouvaient, au contraire , qu'aggraver le problème. « Vous ne pouvez pas » combattre cette maladie « avec la distribution de préservatifs », avait-il déclaré à des journalistes dans l'avion. « Au contraire, cela aggrave le problème »...

IRRESPONSABLES ET PARTISANS
De tels propos du pape Benoît XVI sont gravissimes, et témoignent d'une méconnaissance totale des impératifs de santé publique. Des centaines de milliers d'hommes et de femmes risquent d'être contaminés à cause de ces propos irresponsables et consternants, qui ne peuvent être considérés comme un simple et nouveau dérapage de la part d'un pape, qui représente de plus en plus mal les catholiques attachés aux valeurs de tolérance et d'humanisme. Il n'empêche que tous ses propos ont été repris et amplifiés par ce système médiatique planétaire, et ont propulsé le pape à la une de l'actualité !
Le directeur exécutif du Fonds mondial de lutte contre le sida, Michel Kazatchkine, a exprimé sa « profonde indignation » et a demandé au pape de « retirer ses propos, et clairement » car il les juge « inacceptables ».
« Ce pape commence à poser un vrai problème », a déclaré l'ancien Premier ministre, Alain Juppé, (UMP) tout en se déclarant catholique et « attaché aux valeurs chrétiennes ». Pour lui, ces propos - une « contre-vérité », donnent l'impression que le pape vit « dans une situation d'autisme total ».
Le président de l'association Elus locaux contre le sida, Jean-Luc Romero, « totalement scandalisé et sidéré » a évoqué « un message de mort adressé aux Africains. Faudrait-il rappeler au pape » que le seul vaccin disponible reste aujourd'hui le préservatif ? ». Il n'a pas encore digéré de tels propos. « C'est ignoble », estime Christophe Dechavanne, animateur historique du Sidaction, dont la 15e édition débute... demain. « Alors qu'une personne meurt toutes les 5 secondes du sida dans le monde, le pape tient ce discours sur le continent le plus touché, auprès de populations très sensibles à sa parole. Il risque de provoquer des centaines, voire des milliers de morts », affirme-t-il. Dechavanne juge les propos du pape « d'autant plus scandaleux que l'on assiste à un relâchement très fort du port de la capote chez les jeunes et les homosexuels. » L'animateur s'inquiète d'ailleurs du recul du port du préservatif en France. Il indique qu'il va « demander à rencontrer au plus vite le président de la République. Il faut qu'il nous aide à inonder le pays de préservatifs », dit-il.

LA RELIGION EST PARTOUT
De partout (sauf de l'Elysée) remonte un profond rejet de telles prises de positions. Il est vrai que sous les ors de la république, c'était hier le bal des faux-culs, et que le Pape ne risquait pas d'être critiqué par la vedette de la journée. Bernadette Chirac a en effet reçu la Légion d'honneur des mains de Nicolas Sarkozy, sous l'œil rieur de son espiègle de mari. On sait combien l'épouse de l'ex-président de la république s'avoue admirative à l'égard des bulles papales ! Il a remis cette décoration à « son amie très chère », Bernadette, en présence de Jacques et du tout-Paris de la politique, des affaires et des médias. Sur un ton plus personnel, le président a également remercié en Bernadette Chirac son « amie très chère, très courageuse (...) qui m'a apporté un soutien affectueux et très précieux » à l'heure où, ministre de l'Intérieur, il entretenait des relations tendues avec Jacques Chirac et ses amis. En fait, elle ne doit pas désapprouver de tels propos, quand on se souvient que Le Canard Enchaîné relatait, dans son édition du 11 janvier 2006, un bien curieux événement qui s'était produit le 18 décembre 2005, lors d'un déjeuner à l'Elysée. Jacques Chirac, Président de la République, Jean-Louis Debré, alors Président de l'Assemblée Nationale, Simone Veil, alors membre du Conseil Constitutionnel, comptaient parmi la cinquantaine d'invités à ce repas organisé par « Sainte Bernadette », en l'honneur de son amie Mme Pinault, fraîchement décorée des insignes de Chevalier de la Légion d'Honneur.
Figurait à la droite de la première dame de France Monseigneur Di Falco. Ce dernier, en ce repas dominical, avait sans doute confondu l'Elysée avec son diocèse de Gap. A la fin du déjeuner, à la demande de son hôtesse, il invita les convives à se lever pour écouter « une prière d'action de grâces ». Il remercia le « seigneur », ainsi que « tous ceux qui partagent sa foi », pour cet excellent repas : les contribuables apprécieront. Il eut « une petite pensée pour les gens qui souffrent » : les familles les plus pauvres apprécieront. La charité, ça ne mange pas de pain, surtout lorsque que le gouvernement abandonne toute politique de solidarité nationale. Il conclut sa prière en invoquant « le père, le fils et le Saint-Esprit ». Ce n'est pas avec l'occupante actuelle des lieux que pareille aventure se serait produite !
Rappelons que madame Carla Bruni-Sarkozy, divorcée et remariée avec un divorcé, chanoine de Latran, a accepté d'être ambassadrice du Fonds mondial de lutte contre... le sida ! Dès demain, elle va diffuser un communiqué condamnant les propos du pape ! Soyez-en certains.
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

Baillet Gilles 19/03/2009 08:34

En tant que chrétien, pour une fois, je serai d'accord avec Juppé: "ce pape me pose de sérieux problèmes". Je m'invite dans ce blog laïque pour dire qu'un chrétien peut aussi considérer la laïcité comme une valeur indispensable et pour souligner que le message de Jésus Christ insiste sur le fait que "L'homme doit toujours rester debout" face aux malheurs et aux injustices de ce monde. C'est donc au nom de la dignité humaine qu'il faut maintenant dénoncer la hiérarchie romaine qui préfère la"tradition" au message premier de l'évangile. Parce que le message fondamental du christianisme c'était l'égalité entre les hommes quelles que soient leurs conditions (maitres ou esclaves) et la primauté de la conscience sur le dogme! D'ailleurs, les praîtres africains se battent tous les jours pour  que les hommes mettent des préservatifs et sauvent leur vie ainsi que celle de leur(s) femme(s). A propos, je n'ai pas beaucoup entendu Benoît XVI prendre position sur la "religion du marché", ce fétichisme moderne qui casse toute valeur spirituelle!

PIETRI Annie 19/03/2009 01:10

Compte tenu de l'heure tardive, je n'ajouterai ce soir qu'un mot: Amen !
Quant à Christine Boutin qui est, comme d'habitude, à côté de la plaque, elle semble avoir une idée très précise au sujet de  l'irncidence du port du préservatif sur le plaisir sexuel.....Pourtant, à voir le "Carnaval" qui répondait, cet après-midi, à l'Assemblée, aux questions des députés ( et qui a provoqué rires et sourires sur les bancs de droite comme de gauche, et même sur ceux du Gouvernement) il est permis de se demander comment elle peut avoir encore un avis sur cette question.......