Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 07:17

Le résultat du vote sur le piratage via internet de la musique et des films a défrayé la chronique, car il a mis en évidence l'état pitoyable de la majorité actuelle, incapable de défendre un texte réputé sarkozyste. Il a même failli priver la France d'un grand ministre, dont les mérites ne sont même pas reconnus par l'UMP. En effet, hier on apprenait que Roger Karoutchi avait eu la tentation de Venise et donc de coller sa démission. Heureusement pour la France, le Président de la République n'a pas été aussi sévère qu'il l'est habituellement avec un Préfet ou un commissaire de police : il ne lui a pas demandé de partir ! Ouf. En fait, la loi Hadopi ne règle pas les véritables problèmes d'internet, et on sait fort bien qu'elle ne sera même pas applicable quand elle sera promulguée, car il n'y aura aucun moyen humain et matériel de surveillance du piratage. Tous les postes de fonctionnaires étant réduits et même supprimés, on ne voit pas un service de dizaines de personnes fliquer le net alors que tant d'autres sujets plus graves envahissent quotidiennement la toile. Internet est en effet devenu le plus extraordinaire des supports, mais aussi le plus dangereux, tellement les perversions sont nombreuses. Il est certain que c'est devenu un enjeu majeur dans une société peu encline à vérifier ce qu'elle absorbe en matière d'information. Les rumeurs les plus folles peuvent désormais se transformer en vérités, grâce à ces chaînes qui se mettent en place et se diffusent en boucle. Cette réalité a attiré l'attention de toutes celles et tous ceux qui ont en charge une nouvelle spécialité : la manipulation médiatique ! Il serait véritablement d'une grande naïveté de croire que les responsables politiques de tous niveaux n'utilisent pas ce support pour détruire leurs adversaires, leurs rivaux ou même leurs ennemis intimes. Et l'événement qui vient de se produire chez les Anglais existe désormais dans tous les pays de la planète.
Accusé d'avoir voulu monter une campagne "obscène" pour calomnier l'opposition, le gouvernement britannique de Gordon Brown est éclaboussé par un nouveau scandale, quelques jours après les révélations sur les très généreuses notes de frais de ses ministres. « Smeargate »: la presse britannique se délecte, depuis plusieurs jours, d'un de ces « gate » qui la passionnent, en référence au scandale du "Watergate" qui avait fait chuter le président américain Richard Nixon en 1974. Celui-là concerne une campagne visant à calomnier (« smear » en anglais) l'opposition conservatrice et c'est un des plus proches conseillers du Premier Ministre Gordon Brown, Damian McBride, qui avait envisagé de le monter.

DESINFORMATION ORGANISEE
Un blog politique des Tories, Guido Fawkes, a révélé des courriels échangés entre M. McBride et Derek Draper, ancien responsable des communications du Labour qui gère actuellement un site de militants travaillistes.
M. McBride y proposait de créer un site pro-Labour, baptisé « Le chiffon rouge », qui aurait lâché dans la blogosphère des rumeurs totalement infondées sur la maladie sexuellement transmissible d'un haut responsable conservateur, sur l'existence de photos d'un autre en sous-vêtements féminins, ou sur la fragilité mentale de l'épouse d'un hiérarque tory. Les plus importants caciques du parti étaient visés, dont son leader, David Cameron, et son "ministre des Finances" George Osborne. Face au tollé suscité, M. McBride, qui était porte-parole de Brown jusqu'en octobre, a immédiatement démissionné, tout en minimisant la portée de ses mails, qualifiés d' « enfantins ». C'est une première, mais certainement pas une...dernière, car les initiatives de ce type existent absolument partout. On ne le sait pas assez, mais la CIA a une cellule de désinformation extrêmement puissante qui travaille sur le net !
Dans une lettre datée de lundi, et adressée au chef de la fonction publique, explique l'AFP dans une édifiante dépêche, Gordon Brown se dit « certain qu'aucun ministre ni conseiller politique autre que la personne impliquée n'avait connaissance des courriels ». Le Premier ministre dit avoir écrit « personnellement » à chacune des victimes de calomnies, et demande un renforcement des règles régissant les conseillers du gouvernement, afin de faire en sorte qu'un « tel comportement ne se reproduise pas » (sic). Mais ces déclarations risquent de ne pas satisfaire les conservateurs, qui réclament des excuses en bonne et due forme de M. Brown, à l'instar du porte-parole des Tories pour les affaires étrangères, William Hague. « C'est survenu au cœur du gouvernement », a-t-il accusé.
Les messages contiennent des propos « obscènes » et « prouvent une opération de diffamation sur le long terme, orchestrée par Downing Street », a estimé l'animateur du blog Guido Fawkes, Paul Staines. Des critiques se sont élevées jusqu'au sein du Labour. Alastair Campbell, ancien responsable des relations presse de l'ex-Premier ministre Tony Blair, s'est dit « atterré ». Pour Tom Harris, ancien ministre travailliste des Transports, « les normes de la politique (sont) tombées bien en deçà de l'acceptable ». Le scandale jette une lumière crue sur le petit monde des « spin doctors » (experts en communication) et son « côté sordide », comme l'écrit l'Independent (centre-gauche). Ils existent chez nous aussi, et ils se réfugient systématiquement dans le confortable anonymat que leur offre internet. En fait, tout est possible pour quelqu'un qui veut lancer une campagne tordue et qui sait parfaitement dissimuler son origine.

DE PLUS EN PLUS DE COM
« En arrivant au pouvoir, Gordon Brown avait dit qu'il voulait débarrasser le gouvernement de la culture de la communication » chère à son prédécesseur Tony Blair, rappelle le Guardian, proche des travaillistes. Et là, il est impossible, totalement impossible de croire à une telle promesse, puisque la politique n'est devenue qu'une affaire de... communication, transformée en propagande ou en publicité mais rarement en information ! Les médias sont en passe de muter sur les mêmes bases, car ils sont dépassés par les outrances du net. Quelques jours seulement après le scandale des notes de frais, qui a révélé comment des ministres ont entretenu trois domiciles aux frais du contribuable, voilà le gouvernement Brown à nouveau touché, à environ un an des élections générales. Et là encore, on peut être assuré qu'il n'y a aucun gouvernant français qui a plus de trois domiciles payés par la République ! Internet joue un rôle tellement important que les services de renseignements cherchent par tous les moyens à surveiller ces diffuseurs incontrôlés et souvent jugés incontrôlables par des moyens légaux. Il y a quelques jours la France a donné un exemple fort intéressant de ces pratiques... quotidiennes, mais rarement révélées. La société EDF a annoncé, après diverses révélations, avoir découvert (sic) « qu'un contrat de veille avec la société Securewyse » avait été « signé en dérogation aux règles du Groupe » et qu'il « vient d'être résilié ». Le Réseau « Sortir du nucléaire » estime que EDF se moque du monde en prétendant découvrir aujourd'hui ce contrat, mais aussi en prétendant qu'il s'agit d'un simple contrat « de veille ». En effet, le Canard enchaîné a révélé dans son édition du 8 avril que, pour le compte d'EDF, la société Securewyse a « espionné » Stéphane Lhomme, le Girondin porte-parole du Réseau « Sortir du nucléaire », comme d'autres avaient fait espionner Olivier Besancenot. Le Réseau demande donc à EDF de lui adresser une copie de ce « contrat de veille » dont elle estime qu'il a été « signé en dérogation aux règles du Groupe ». De quelles règles s'agit-il ? Quel dirigeant d'EDF a donc signé ce fameux contrat ? Comment ne pas croire que c'est sur ordre des plus hauts dirigeants d'EDF  qu'il l'a fait? Comment imaginer que le PDG Pierre Gadonneix n'ait pas été tenu au courant de l'ensemble de l'affaire ?

L'OBSESSION DES SOURCES
En effet, depuis 2003, une source interne à EDF a fait parvenir au Réseau « Sortir du nucléaire » plusieurs documents sensibles, dont un qui concerne l'inadaptation des centrales EDF au risque sismique, et un qui n'est autre que le fameux document « Confidentiel défense « qui reconnaît la vulnérabilité du réacteur EPR en cas de crash d'avion de ligne. Et internet joue un rôle essentiel dans ces contacts, il a donc fallu prendre, à distance, le contrôle des ordinateurs. C'est facile et sans grands risques.
La DST, malgré tous ses efforts, a échoué à remonter jusqu'à la « source » interne à EDF, malgré deux mises en garde à vue de Stéphane Lhomme en mai 2006 et mars 2008. Il est donc légitime de penser que EDF a utilisé des méthodes illégales, pour essayer de retrouver cette « source ». Une autre question se pose : la DST a-t-elle coopéré dans l'illégalité avec la société commerciale EDF pour arriver à ses fins ? Si c'est le cas, cette affaire d'Etat est encore plus explosive. Au moins autant que celle du conseiller de Gordon Brown ! En effet l'obsession de tous les manipulateurs, c'est d'abord d'identifier les sources qui ravitaillent le net. Des dizaines de fonctionnaires travaillent sur ce sujet et tentent d'intercepter tout ce qui peut avoir trait à une campagne ou à une autre.
On a bien vu que même le Ministère de... l'Education s'offre, comme EDF, des entreprises dites de « veille ». L'appel d'offres a été publié au Journal officiel, le 4 novembre dernier. Il comportait deux lots: n°1, «Veille de l'opinion pour le compte du ministère de l'Éducation nationale, 100 000 € H.T. »; n°2, veille pour l'Enseignement supérieur, 120 000 € H.T. La société qui a emporté le marché doit surveiller, durant l'année 2009, toutes les publications, mais plus particulièrement les sites... Internet, les blogs, les forums. Selon le cahier des charges, il s'agit notamment de « repérer les lanceurs d'alerte », de « décrypter les sources de débat et leurs modes de propagation » ou « d'anticiper les risques de contagion et de crises ». Les blogueurs les plus virulents seront-ils « fichés »? « Hors de question, répond un porte-parole de la rue de Grenelle. Aucun nom ne remonte, évidemment. Il s'agit juste de connaître les grandes lignes de l'opinion... »
Le ministère avait précisé que cette veille existait depuis 2006. Pour 2008, c'est la société de stratégie d'opinion « I et E » qui détient le marché. Elle travaille aussi pour les ministères de la Justice, de la Santé ou de l'Intérieur. On peut être heureux : ce n'est pas la même que celle qu'avait choisi EDF. C'est au moins ça ! Mais comme personne ne semble outré par ces faits, les espions et les manipulateurs ont encore un beau marché devant eux ! D'ailleurs, je vous conseille de ne plus lire L'AUTRE QUOTIDIEN !
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

PIETRI Annie 14/04/2009 22:45

Bon ! N'épiloguons pas...certes Karoutchi et Coppé ont été ridicules lors du vote de la loi - ou plutôt du non-vote - de la loi Hadopi, et leur chef a été très, très mécontent. Mais le score victorieux de la gauche n'a pas lieu de nous rendre triomphants !!Le nombre de députés présents en séance a de quoi faire rêver...Certes,  il y a les "commissions", les réunions, les colloques et que sais-je encore. Mais, quand même, il n'y a pas lieu d'être fiers de notre représentation nationale, à droite comme à gauche, ni confiants dans le sort de la démocratie...Ne nous faisons aucune illusion, la loi Hadopi finira par "passer"...et elle ne changera pas grand chose.Comme tu le dis, Jean Marie, il y a plus grave que le piratage : surveillés nous sommes et surveillés nous serons encore longtemps, et de plus en plus, via le net. Il nous faut nous faire une raison.Et lorsque notre chroniqueur conclut par un "D'ailleurs, je vous conseille de ne plus lire L'Autre Quotidien" ne l'écoutez surtout pas! Si vous ne trouvez plus votre chronique préférée, le matin au réveil, au cours des prochains jours, ne vous inquiétez pas, et ne pensez pas qu'il abandonne....Cela ne lui ressemblerait pas.Non! Jean Marie et Marie Claude sont seulement partis en vacances à l'étranger...et la chronique sera là de nouveau au milieu de la semaine prochaine, toujours aussi alerte, percutante, raffraichissante, et nous espérons bien que vous serez encore plus nombreux à la lire !!