Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 07:17
Ambassadeur, voici un job très particulier pour lequel il ne faut pas avoir un niveau d'études très élevé. Il suffit de perdre son poste pour se retrouver bombardé dans une instance ou une autre, avec les avantages liés à une fonction qui doit être, somme toute, peu prenante. Même les publicités télévisées présentent cette sinécure comme un moyen de se déguster des chocolats, princiers dans leur habillage, mais peu savoureux sous l'or des couvertures. Si l'on en croit le site officiel du gouvernement, le travail est pourtant particulièrement exigeant. L'ambassadeur, diplomate de carrière ou de fonction, est la vitrine de l'Etat à l'étranger. Il est le représentant de premier ordre du ministère des affaires étrangères dans le monde. A ce titre, il se charge du maintien des contacts et échanges permanents entre son pays et le pays d'accueil.
Il est le vecteur ou le catalyseur de promotion de son pays, et chacune de ses postures sera prise comme référence pour juger ses compatriotes. Il organise les missions d'état civil pour les ressortissants de son pays (notamment passeports et visas) et bien d'autres. Tête de proue d'une forte équipe, réunie à l'ambassade, il s'occupe de manière globale de la gestion des structures et du personnel qui les animent. Il doit avoir tellement de qualités que l'on peut se poser la question de savoir si ce n'est pas réservé à ces gars bien élevés qui deviennent des bêtes à concours !
L'ambassadeur a la responsabilité d'informer progressivement, au jour le jour, le chef de son Etat et le gouvernement de la République, de l'évolution de la conjoncture internationale et de la situation des États étrangers. En sa qualité de coordinateur de tous les diplomates expatriés et exerçant dans son pays d'affectation, il organise leurs activités à travers des missions bien définies. Ainsi, sur la base des informations qu'il recueille auprès de ses collaborateurs diplomates, il en fait des synthèses et les transmet aux responsables, basés au ministère des affaires étrangères de son pays, qui se charge de l'élaboration et de la définition des politiques étrangères à conduire... On sait combien leurs avis sont pris en compte à l'Elysée !
Il lui revient la charge et la responsabilité de la mise en oeuvre et de l'implémentation de la politique étrangère de son Etat dans le pays d'accueil, afin de préserver ses intérêts et de contribuer au développement des relations avec d'autres pays. Dans l'exercice de ses fonctions, il est relayé dans ses actions par le consul, car on parle aujourd'hui de diplomatie plurielle.
En outre, malgré les nécessités impératives de rationalisation budgétaire, le premier responsable de l'ambassade à l'étranger a parfois des difficultés à exercer pleinement sa mission de coordination des différents services de l'État présents localement. Car il ne détient plus l'exclusivité de la représentation de l'état à l'étranger, parce que le contexte de politique internationale devient  plus complexe et les protocoles diplomatiques moins cadrés.
De plus, professionnel des langues, des sciences économiques, des sciences politiques ou d'autres champs de pensée, il se trouve souvent confronté à des situations difficiles, telles que les tremblements de terre, les crash d'avions, des troubles politiques... Dans une pareille conjoncture, il est le premier responsable des ressortissants de son pays, et il a  besoin de sang-froid et de rigueur pour gérer de telles situations. Pour mettre de l'ordre dans ses activités, il instruit des enquêtes pour avoir une idée de l'endroit où se trouvent ses compatriotes, dans le but d'en informer leurs familles restées au pays d'origine.

DOUE PARTOUT
Par ailleurs, au sommet de sa carrière diplomatique, ce diplomate chevronné verra ses missions changer en fonction des visées de son pays. Il pourra principalement s'occuper des affaires politiques, économiques, culturelles accompagnées des missions d'état civil (passeports et visas, célébration de mariages), d'immatriculation des voitures, d'organisation des élections pour ses compatriotes vivant à l'étranger, d'assistance aux ressortissants en cas de difficulté, etc. Mais, il joue davantage un rôle important dans les relations politiques, économiques (négociation de contrats), scientifiques ou culturelles (organisation d'exposition, de résidences d'artistes...) et laisse les missions techniques au consul.
Enfin, il ressort à l'évidence que la personne qui choisit la carrière diplomatique doit être motivée, passionnée, parce que le métier présente plusieurs contraintes. Il doit avoir le sens de la conciliation, le don des langues, des connaissances politiques, juridiques, historiques et économiques étendues. Il doit avoir l'esprit de synthèse, être disponible, posséder une certaine ouverture d'esprit et de bonnes capacités d'adaptation, accompagnées d'une grande mobilité.
On est sauvé, puisque Nicolas Sarkozy vient de trouver deux oiseaux rares qui vont prendre la direction de deux ambassades capitales. Le seul problème, c'est qu'il les a promus pour la simple et bonne raison qu'il les jugeait incapables de poursuivre leur mission de ministre à ses côtés ! Un symbole de l'efficacité de la famille UMP qui accapare tous les postes, au gré des promesses du Président Directeur Général de la France.

LE STATISTICIEN IDOINE
Ainsi, le fringant Roger Karoutchi va avoir un poste digne des talents de diplomate dont il a fait preuve au sein de l'assemblée, au point de se faire virer! L'ancien secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement va en effet être nommé demain, en Conseil des ministres, ambassadeur, représentant permanent de la France auprès de l'OCDE. Cette nomination à l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) - basée à Paris - lui a été proposée par l'Elysée, reconnaissant son œuvre inoubliable auprès des députés lors de la loi Hadopi !
Selon cette source gouvernementale, Roger Karoutchi s'est d'abord vu proposer une grande ambassade dans un pays du Maghreb, offre qu'il a déclinée pour pouvoir continuer à siéger comme maire-adjoint de Villeneuve-La-Garenne et comme patron du groupe UMP au Conseil régional d'Ile-de-France. En devenant ambassadeur à l'OCDE, il va en effet renoncer à redevenir sénateur, mais il conservera ses autres mandats, comme l'avait fait avant lui à ce poste Xavier Darcos. Selon un de ses proches, « il compte bien participer à la bataille électorale pour les régionales en 2010 », et il sera bien payé pour faire cette campagne !
L'OCDE regroupe 30 pays démocratiques, tous attachés à l'économie de marché. Elle a pour but de « favoriser la bonne gouvernance des secteurs public et privé » et d'aider « les gouvernements à maintenir compétitifs les secteurs économiques clefs », notamment via la publication de statistiques. Et croyez-le, Roger Karoutchi est véritablement un spécialiste des... statistiques, surtout électorales ! Il pourra ainsi pantoufler paisiblement, et attendre les prochaines échéances, lui, le Chiraquien converti au sarkozisme pur et dur. Il se consolera ainsi plus aisément de sa défaite aux primaires pour la tête de liste des régionales en Ile de France et de son limogeage du gouvernement. Ce n'est pas le cas de l'autre promue de demain : Christine Boutin !

L'AMBASSADRICE DU PRESERVATIF
L'ancienne ministre du Logement a dénoncé hier son « jetage » du gouvernement, affirmant avoir été traitée de façon « inhumaine » avec son équipe et n'avoir pas été prévenue avant l'annonce officielle du remaniement. « Mon jetage », a déclaré Christine Boutin sur Europe-1, « je l'ai appris à 20h sur TF1 avec tout mon cabinet ». « On était là, on écoutait, on espérait », a-t-elle raconté, précisant qu'elle « pensait rester » suite à sa dernière conversation avec le Premier ministre mardi, avant le remaniement. Comme quoi les voix du « seigneur » sont impénétrables. Elle avait pourtant prié toute la journée, était allée à confesse et avait pourfendu quelques mécréants sous leur tente des Fils de Don Quichotte ! Que du bonheur.
La présidente du Parti chrétien-démocrate s'est dite "très choquée de voir que le Premier ministre n'a même pas pris le temps de (lui) passer un coup de fil" après l'annonce de son départ du gouvernement. Il serait donc vrai que François Fillon serait un félon, un faux-cul, un infidèle ? Diantre... Doit-on lui faire confiance quand il déclare que personne ne pourrait glisser une feuille de papier à cigarette entre lui et Nicolas Sarkozy ? « J'espère que ce n'est pas en raison de ce que je représente », c'est-à-dire « la droite sociale chrétienne », a-t-elle déclaré, « peut-être c'est un délit de sale gueule, je ne sais pas? » On dirait une immigrée qui parle ou une pauvre femme sans papiers ! « J'ai un bilan excellent, les professionnels le remarquent », a-t-elle souligné. C'est de l'autosatisfaction !
Christine Boutin dit avoir été contactée, au lendemain du remaniement, par Claude Guéant, le secrétaire général de l'Elysée, « qui m'a fait un certain nombre de propositions qui me semblent intéressantes ». Evoquant la possibilité de revenir à l'Assemblée nationale, « je n'ai pas pris ma décision encore », a-t-elle affirmé. Interrogée sur la possibilité de devenir ambassadeur de France auprès du Saint-Siège, au Vatican, elle a qualifié cette piste « d'intéressante et sérieuse ». C'est Benoît XVI qui va être content. Ils causeront tous les deux du préservatif, passion qui les unit. Elle avait déclaré sur RTL dans un grand élan de solidarité: «je pense que ce n'est pas drôle de mettre le préservatif quand on fait l'amour». En matière de préservatif, elle avait ajouté, « chacun fait comme il peut et comme il veut », affirmant: « n'attendez pas du pape qu'il dise qu'il faut mettre le préservatif ». C'est véritablement un langage diplomatique ou c'est à ne rien connaître à ce métier !
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

PIETRI+Annie 01/07/2009 23:18

Karoutchi le Magnifique et l'inénarable Boutin, ambassadeurs de France, voilà qui va rendre plus reluisante l'image de la France à travers le monde. Et compte tenu des qualités requises que tu énumères, il est quasiment certain que notre bon Maire de Nice Christian Estrosi va se retrouver prochainement ambassadeur  de quelque chose quelque part. Peut-être dans un pays qui organise des compétitions de moto? Il n'y a guère que là que notre motodidacte national ait quelque compétence.....Ce sont les ambassadeurs de carrière, ceux qui ont "fait" Science Po et l'ENA, qui ont reçu une formation spécifique très "pointue", qui vont être contents de voir arriver dans leurs rangs les nouveaux promus.....