Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

/ / /
Il existe en France un Bureau de Vérification de la Publicité (BVP) dont le rôle consiste à surveiller les effets mensongers de la pub sur tous les médias. Le BVP est un organisme d'autodiscipline. Il a pour but de " mener une action en faveur d'une publicité loyale, véridique et saine dans l'intérêt des professionnels de la publicité, des consommateurs et du public ". En d'autres termes, sa mission est de parvenir à concilier liberté d'expression publicitaire et respect des consommateurs. Le maintien de cet équilibre entre créativité et responsabilité est au cœur de l'autodiscipline publicitaire. toute publicité diffusée à la télévision doit impérativement être visionnée par le BVP qui émet un avis (" favorable ", " à modifier ", " à ne pas diffuser "). La Télévision est le seul média soumis à cet examen préalable systématique.
Le BVP peut aussi s'autosaisir, après diffusion, des cas constituant des manquements à la déontologie et demander, selon la gravité, une modification de la campagne publicitaire ou même une "cessation de diffusion". Soulignons que les règles déontologiques et la mission du BVP portent sur le seul contenu du message publicitaire (de nature à induire en erreur ? de nature à choquer ? irresponsable ? etc.) : en aucun cas il n’est juge de questions relatives aux produits ou services dont la publicité fait la promotion. Il faudrait que cet organisme professionnel puisse se pencher des temps de télévision, véritables pubs, accordés à Nicolas Sarkozy et qu’il juge si la publicité faite au Président de la République est véritablement respectueuse de la déontologie en la matière.
En effet elle relève tellement souvent du mensonge pur et simple qu’on pourrait en faire une analyse critique extrêmement désastreuse. Si l’on considère que les montants portés par le massage doivent, par exemple, être soigneusement respectés pour une maison, une voiture, un lecteur de DVD… et que sais-je encore, il faut considérer que ceux annoncé par le président de la République doivent être authentiques.
Or, au cours de la semaine écoulée lors de la remarquable prestation républicaine autour de Mouammar Kadhafi, des montants de contrats ont été diffusés par les services de presse présidentiels sans aucun contrôle réel des diffuseurs. Il devrait pourtant ne pas être pris pour… argent comptant mais bel et bien pour une publicité aussi tapageuse que mensongère. Si l’on se fie aux annonces on retiendra (dépêche AFP, organe officiel) la somme de 10 milliards d’Euros qui excuserait les pantalonnades constatées. Et tout le monde a pu constater que l’Ump s’arc-boutait sur cette référence comme étant potentiellement bénéfique pour l’économie française. Si le BVP s’emparait de cette pub il aurait certainement beaucoup à critiquer car bien évidemment tout est absolument faux, approximatif et irréel !
Malgré la présence des présidents du CAC 40 et industriels, le rafale, le nucléaire civile, Areva, Total… n'ont qu'une chance infime de capter la majorité des offres libyennes. La majorité des signatures n’ont été que de pieuses intentions et des mises en scène destinées à donner le change. Khadafi ne s'est jamais caché de sa préférence pour les USA et l'Angleterre qui étaient son seul objectif lors de sons séjour parisien ! La France n'est qu'un tremplin à qui il laissera finalement que des miettes. Sans être devin, le rêve sarkozyste d'être imbriqué dans un partenariat avec la Libye pour un contrôle binaire de l'Afrique va rapidement tomber à l'eau avec les contrats. Une vingtaine de pays à grosses capacités industrielles vont en effet être reçus le mois prochains à Tripoli pour se partager un marché de 200 milliards d’Euros grâce au label donné par la France ! On ne saura ce qui reste de cette publicité forcenée qu’avant l’été.
L’ACCORD AMERICAIN
Si l’on prend un exemple concret on s’aperçoit objectivement de la supercherie. La Libye serait si l’on en croît les oracles le premier acquéreur étranger du Rafale. " La vente de 14 avions est a priori acquise3, a déclaré Charles Edelstenne, PDG de Dassault Aviation, lors d'un point de presse avec le ministre de la Défense, Hervé Morin. " Le contrat a reçu l'imprimatur de Mouammar Kadhafi, qui était présent lors de la signature du protocole d'accord ". Les deux parties se sont donnés jusqu'au début de l'été pour aboutir. Les négociations porteront sur le prix, sur les modalités de paiement et sur le matériel qui va équiper l'avion… Autant avouer que l’on a peut être vendue médiatiquement le Rafale avant même de l’avoir réalisée. Le papier signé n’a qu’une valeur financière d’autant plus relative qu’il reste une zone d'ombre sur ce marché.
La vente de l'avion multifonctions français est en effet soumise, en partie, à l'autorisation… des Etats-Unis, comme l'a confirmé le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, sur Europe 1. Des composants électroniques - les "chips" - américains équipent en effet le fleuron technologique de Dassault et on ne peut pas le vendre sans leur accord ! Croyez-vous que Kadhafi l’ignore ? Pensez-vous qu’il ne sait pas que le contrat français va contraindre les USA a reconnaître implicitement le réarmement libyen ? Pouvez-vous affirmer que cette vente ne génèrera pas une réciprocité entre les Etats-Unis et la France sur d’autre sujets ou d’autres contrats ?
Les Etats-Unis peuvent-ils en effet s'opposer à ce contrat? " Théoriquement, oui ", admet Charles Edelstenne. Information surprenante, alors que Français et Américains sont régulièrement en concurrence sur le marché aéronautique. L'exemple récent du Maroc, préférant des F-16 américains à l'aéronef français, est significatif. Pour la Libye, Claude Guéant se veut rassurant : " Les procédures ont été engagées, nous avons tout lieu de penser qu'elles vont aboutir favorablement. " En attendant la pub a été faite… et avalée !
SEULEMENT DES DISCUSSIONS
Le président français a confié, dans un point de presse, que la France avait signé " pour une dizaine de milliards d’euros de contrats " avec la Libye alors que ce n’est qu’une négociation exclusive mais aléatoire qui a débuté entre les deux pays et qui ne se terminera que le 1er juillet…2008 ! La moisson annoncée avec enthousiasme et précipitation ressemble au catalogue du parfait guerrier moderne : 4,5 milliards d’armements, dont 14 avions Rafale (voir ci-dessus), 35 hélicoptères Tigre, Fenec et EC-135, de l’artillerie, 6 navires, des blindés, des radars de défense antiaérienne, plus la remise en état de Mirage F1 achetés par la Libye dans les années 1970. Dans le domaine de l’aéronautique civile, la Libye a signé pour 21 commandes fermes d’Airbus et pris une option pour 9 supplémentaires. Un " accord de coopération " pour le développement de l’énergie nucléaire civile prévoyant la fourniture à terme d’un ou plusieurs réacteurs nucléaires, destinés à la dessalinisation de l’eau de mer, figure aussi au tableau. Dans le domaine du BTP, Vinci prendra part à la construction du nouvel aéroport de Tripoli, et à celle du réseau routier. La firme Veolia assainira l’eau de Tripoli et coopérera avec la Libye dans le gaz et l’électricité. Un accord de sécurité dans la lutte contre le terrorisme a également été signé, ainsi que divers autres : une coopération entre le Louvre et la direction archéologique libyenne, une autre entre l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et la radiotélévision libyenne sur les archives. On peut se demander qu’elle est la part des réalités dans cette revue que Prévert le pacifiste aurait détestée.
DES SECRETS MAL GARDES
Kadhafi est parti à Madrid an laissant derrière lui que des promesses en l’air qui n’engagent que ceux qui veulent y croire mais seulement environ… 300 millions d’Euros de commandes fermes. On est loin, très loin des pubs ! Mieux beaucoup s’interrogent sur l’intérêt de la France de confier les Rafale et leurs " secrets technologiques " au Guide de la Libye… pour se retrouver un jour dans le ciel africain face à des avions qui seront pilotés par des militaires formés par ceux qui les combattront !
Par ailleurs es 21 appareils civils achetés à Airbus par les deux compagnies aériennes libyennes ne représentent que la confirmation d’un accord signé en… juin dernier au salon du Bourget, soit avant la libération des infirmières ! Les 2,17 milliards d’euros de ce contrat (et pas 2,7, l’Elysée s’est "trompé" de 530 millions dans son estimation, d’après Airbus) sont donc bien réels, mais il est parfaitement malhonnête de les mettre au crédit de la visite de Kadhafi à Paris. Certains disent même que cet achat doit tout à Jacques Chirac !
Alors que reste-t-il finalement ? "Le seul contrat commercial ferme signé (en dehors des 21 Airbus qui de toute façon auraient été vendus) était à mettre à profit d’Areva pour du matériel de transmission et de distribution d’électricité, pour un montant de 300 millions d’euros", assène la conclusion de Grégoire Biseau dans un papier de Libération. De 10 milliards à 300 millions la marge est significatif et mériterait que le BVP condamne cette publicité mensongère effectuée avec la complicité des supports médiatiques les plus puissants. D’ailleurs il faut peut-être rappeler que BVP a fortement développé ces dernières années l’écoute et le dialogue avec la société civile , les consommateurs-citoyens, leurs représentants. Il est notamment le lieu où les consommateurs peuvent se plaindre de publicités qui les choquent. Allons-y car si l’on compte sur le CSA on n’est pas prêt d’être entendus.
Mais je déblogue…

Partager cette page

Repost 0
Published by