Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

LES STATISTIQUES

VISITEURS UNIQUES

1 074 692

PAGES LUES

7 113 288


MAIS JE DEBLOGUE...

Archives

21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 07:17

C'est à croire que ce gouvernement, qui a mis la main sur tous les rouages de l'Etat, veut absolument démontrer que nous entrons dans une ère post républicaine et que tout le monde, quel que soit son niveau social a intérêt à en tenir compte. Il n'y a plus aucune retenue et de jour en jour, sous l'influence d'un système de propagande extrêmement méticuleux, nous dérivons vers des abus que personne n'aurait tolérés en d'autres temps. La tendance ultra sécuritaire voulue par une opinion dominante gavée d'approximations par des télés ou des journaux aux abois sur leur « rentabilité » a généré un climat extrêmement dangereux. Désormais, il faut du chiffre, de l'efficacité, de la frime, pour satisfaire des citoyens incapables de réfléchir et de simplement se dire qu'un jour ce sont eux qui figureront dans les rubriques concernées, car dans ce cas-là, la tendance est extrêmement facile de s'en prendre aux... plus faibles, aux plus faciles à inscrire au tableau de chasse. Souvenez vous de ce poème de Jacques Prévert intitulé la « chasse aux enfants » Ce poème évoque la mutinerie d'août 1934, dans une maison de redressement.
Après que les moniteurs aient tabassé un pupille, les jeunes détenus se sont soulevés et enfuis. Une prime de 20 francs a été offerte à quiconque capturerait un fugitif. Cette mutinerie a déclenché une campagne de presse demandant la fermeture de bagne d'enfants... il pourrait être repris par tous les élèves de toutes les classes de France après ce qui a été constaté dans une école de Floirac en Gironde. Tout instituteur qui possède encore un brin d'esprit républicain devrait le lire devant ses élèves, sans aucun autre commentaire que celui de relater les faits qui viennent de se produire devant le groupe scolaire Louis Aragon, vous savez, l'ami d'Eluard qui a écrit « j'écris ton nom Liberté ! ».
(...) Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Qu'est-ce que c'est que ces hurlements
Bandit ! Voyou ! Voyou ! Chenapan !
C'est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l'enfant
Il avait dit j'en ai assez de la maison de redressement
Et les gardiens à coup de clefs lui avaient brisé les dents
Et puis ils l'avaient laissé étendu sur le ciment
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Maintenant il s'est sauvé
Et comme une bête traquée
Il galope dans la nuit
Et tous galopent après lui
Les gendarmes les touristes les rentiers les artistes
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
C'est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l'enfant
Pourchasser l'enfant, pas besoin de permis
Tous le braves gens s'y sont mis
Qu'est-ce qui nage dans la nuit
Quels sont ces éclairs ces bruits
C'est un enfant qui s'enfuit
On tire sur lui à coups de fusil
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Tous ces messieurs sur le rivage
Sont bredouilles et verts de rage
Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !
Si l'on a viré des Préfets car ils ne remplissaient pas les quotas en matière d'expulsions, d'étouffement des bruits des manifestations, de résultats électoraux, d'incompatibilité d'humeur avec un élu d'importance, un manque d'ardeur dans l'application des réformes on pourrait aussi penser à celles et ceux qui se croient investi d'une mission allant au-delà de principes républicains. Incroyable série de faits qui démontre un mépris absolu des principes sur la liberté, l'égalité, la fraternité. En acceptant la chasse aux enfants, on finit par tuer une société !

DEVANCER L'APPEL
Pour avoir conscience de ces tristes réalités il faut absolument rassembler des faits apparemment anodins. D'abord, il y a eu cette tentative de Rachida Dati de criminaliser les enfants de plus de 12 ans. Il faudrait peut-être se souvenir de ses déclarations qui prennent tout à coup un sens particulier. La commission sur la réforme de la justice des mineurs, avait remis à la garde des sceaux son rapport, libellant la suggestion d'infliger des sanctions pénales aux jeunes délinquants, dès l'âge de 12 ans en cas de crime ; l'idée avait convaincu Rachida Dati, qui avait "validé" cette proposition : "Ce serait une innovation importante dans notre droit, elle mérite d'être examinée avec beaucoup d'attention (...); sanctionner ne veut pas dire emprisonner (...); les juges pour mineurs doivent pouvoir disposer d'une palette de réponses adaptées qui vont jusqu'à l'incarcération (...). Dire qu'un mineur d'aujourd'hui peut justifier une sanction pénale à partir de 12 ans me semble simplement correspondre au bon sens", a déclaré entre autres, la ministre de la justice au cours de son intervention de circonstance, lors de la réception dudit rapport. Il existe donc des fonctionnaires qui ont enregistré le signal et qui font le maximum pour démontrer que ces mesures pouvaient être parfaitement appliquées.
Une question de "bon sens" pour la ministre de la justice, sévèrement critiquée par les magistrats récemment. Rachida Dati avait estimé qu' "un mineur a besoin d'autorité", qui devait "être exercée avec autant de fermeté que d'humanité". Rien de choquant donc, de fixer la majorité pénale en France à 12 ans, car la décision correspond à la moyenne appliquée par "les voisins" - 10 ans en Suisse et en Angleterre, 12 aux Pays-Bas, 14 en Allemagne, Espagne, Italie, et l'idée avait été approuvée par le Comité des droits de l'enfant de l'ONU en 2007 a fait savoir la ministre. Les policiers girondins ont donc mis en œuvre une loi qui... finalement a été abandonnée mais qui est restée dans certains esprits. Arrestation ostentatoire, garde au commissariat injustifiable, échec total sur le motif puisqu'il était totalement faux... peu importe, on est dans le symbole. Rachida Dati a une illustration des dégâts produits par des positions outrancières : 6 policiers et deux voitures pour arrêter deux gamins criminels potentiels! Ouf on est sauvé !
A six ans on peut vous infliger un sort que l'on ne réserve pas aux puissants pour des faits avérés que l'on juge probablement moins graves. Mise en garde à vue de cyclistes éméchés, sanction à l'égard d'une conductrice qui fume, à l'arrêt, au volant de son automobile, amendes constantes pour des dépassements de 3 ou 4 kilomètres des vitesses autorisées : les statistiques d'affaires résolues et surtout d'infractions constatées s'améliorent partout. On met même les bébés dans les centres de rétention : ça fait un point de plus sur la route de la reconnaissance officielle de mérites !

EXCES DE ZELE ?
Ce climat délétère s'installe dans un société qui hurle avec les loups. La sévérité de classe gagne tous les rouages avec des fonctionnaires dont le zèle dépasse l'entendement. Par peur, par lâcheté, par connivence, par souci de plaire, par conviction personnelle, beaucoup oublient qu'au-dessus des consignes il y a les consciences. Et dans ce domaine là il semble bel et bien que certains aient été victimes d'un lavage sarkozyste des cerveaux. Leur trouille de se voir sanctionnés, de voir leur carrière brisée, de constater que leurs primes ont baissé, de se fâcher avec leurs chefs est telle qu'ils devancent les souhaits inavoués du pouvoir. En fait, on entre dans une période tellement terrible que tout devient possible. C'est devenu tellement voyant que même les responsables de l'UMP ne peuvent plus le nier.
Le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a qualifié par exemple hier de « malheureux excès de zèle » la procédure judiciaire contre un homme qui avait crié « Sarkozy je te vois ! » à des policiers effectuant un contrôle de police en gare Saint-Charles à Marseille. « Ni le président de la République, ni le ministre de la Justice n'étaient informés de cette procédure, puisqu'elle a été initiée par le tribunal de police compétent en la matière », a déclaré ce brave Chatel en rendant compte devant la presse des travaux du Conseil des ministres. Mais diable, il y a bien des autorités placées sous la responsabilité directe du gouvernement qui ont pris cette décision! Les policiers ne dépendent-ils pas d'un Préfet, d'un Ministre ? Les procureurs nommés par le Président dans les faits ne sont-ils pas redevables de leurs exagérations ? Le parquet n'a-t-il pas autre chose à faire que de juger un brin d'humour dans un régime républicain ? A combien évalue-t-on « casse toi pauvre con » lancé en public à un citoyen ordinaire ? Qui osera déplacer l'un d'entre eux pour excès de zèle ?
« Et en ce qui me concerne, j'ai le sentiment que l'on a plutôt à faire à un malheureux excès de zèle qu'à autre chose », a-t-il ajouté. L'officier du ministère public a en effet bravement requis mardi une amende de 100 euros contre un professeur de philosophie (n'est-ce pas hautement symbolique ?) qui, le 27 février 2008, était passé à proximité de deux policiers en plein contrôle d'identité et avait crié "Sarkozy, je te vois". Heureusement qu'à Floirac, lorsque les enfants sont partis dans le fourgon de police, personne n'a crié « Sarkozy je te vois... » car il aurait aussi, compte tenu du climat actuel, terminé à poil en garde à vue au commissariat, avec un contrôle d'alcoolémie, la vérification de ses papiers, un test ADN et une inscription au fichier Edvige .
Mais je déblogue...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Marie DARMIAN - dans ACTUALITE
commenter cet article

commentaires

Marc 22/05/2009 08:27

Enfin quelqu'un qui bouge ! MerciPetit bémol, ce n'est pas Aragon qui a écrit "j'écris ton nom, Liberté", mais Paul Eluard.

GREL Suzette 21/05/2009 21:09

"Je te vois Sarkozy "à la tête d'une entreprise de démolition des valeurs républicaines et profitons du temps où nous pouvons encore le dire.... et manifestons le dans un vote positif, solidaire pour un programme " les citoyens d'abord"aux élections européennes.merci pour ton article qui exprime mieux que personne notre écoeurement.

jakin 21/05/2009 16:36

Heureusement que tu es là , Jean-marie!Je suis effaré de ce que devient notre France.J'ai des pensées du style: "Sarkozy , ce fils d'imigré de la haute est là pour couler la France" est ce un retour du KGB? Cela devient malsain et risible.Notre république est mise à terre:

attaque sur la laïcité qui a permis de pacifier la France du début du siècle dernier.
attaque liberticide avec une basnce de bon sens pour la police qui est au sevice du citoyen et non d'une petite partie de privilégiés. Mettre au poste un enfant de 6 ans avec 6 policiers (avec je suppose les sirènes hurlantes et grande démonstration de forces) , le prendre devant des enfants de 4 à 12 ans . Mais ont ils un cerveau ces flics? Combien de dégats à venir aprés ce joli coup auprés des enfants?

Non je pense que ma mauvaise pensée s'en trouve renforcer. Sarkozy est là pour détruire la FRance , la France de nos pères , la France de la liberté, La France républicaine, sociale , laïque.

Christophe 21/05/2009 15:53

Bonjour,Merci pour votre article, je suis horrifié devant un tel déchainement, votre écrit va dans le bon sens, et montre que l'on peut se battre contre les dérives "tout sécuritaire" de Sarko et sa clique. il faudrait que plus de femmes et d'hommes politiques denonce également ces faits car malheureusement nous pourrions dans un temps que je juge proche ne plus pouvoir le faire.Merci encore une fois pour votre courage devant tant de mépris des droits des enfants et plus généralement des droits de l'homme.Bien à vous.Christophe

Evelyne 21/05/2009 15:37

Je suis entièrement d'accord avec votre commentaire. J'aurais aimé l'écrire et le reprendre à mon compte.J'ajoute que je suis désabusée de ne pas entendre plus de voix de gauche s'élever vertement contre toutes ces pratiques et ces atteintes à la liberté. Que font-ils, qu'attendent-ils ? Où sont les réactions, les protestations ? Pas du bout des lèvres, mais à voix haute, forte et intelligible !Un fait divers pareil devrait tous nous faire descendre dans la rue pour crier notre colère devant tant de bêtises !